Fiche Personne
Ecrivain/ne

Bernard Leclaire

Guadeloupe, Guadeloupe

Français

Informations fournies par l’artiste ou son représentant :

Né à Grand-Bourg sur l’Île de Marie-Galante, le cinq septembre 1959. Issu d’une famille nombreuse, il est l’avant dernier de huit enfants.
De son Père et de sa Mère, tous deux décédés, il garde et il cultive en mémoire l’acquisition d’une acuité réelle de la valeur des choses, mais surtout des individus.
Son obstination, au sens noble du terme, comme il le dit « une quête constante vers la sagesse, à l’image du Moine tibétain ».
Son objectif symbolique, de pouvoir un jour, contenir l’air qui passe dans la paume de la main pour enfin, saisir son poids véritable. Un premier exil de son Île natale à l’entrée en seconde au lycée de Baimbridge en Guadeloupe où il passera son Bac littéraire. Il demeure très tôt un inconditionnel et un passionné de Philosophie, de Littérature, de Peinture et aussi de Poésie.
Désireux de fonder une famille, à vingt quatre ans, il abandonne des études de psychologie à la Sorbonne et s’engage maritalement la même année. Chef de famille et père à vingt cinq ans, il se lance dans un cycle court en entreprenant à Paris des Etudes de Gestion Appliquée en PME-PMI, puis de Management en Banque Assurance.
Cet exil en Métropole fut la deuxième cassure avec les senteurs oxygénantes de son île natale pour un univers ô combien dissemblable, voire hostile, dit-il !
Cadre dans une multinationale de la place pendant douze ans, cette carrière de financier, se plait-il à dire, incarne la survie d’une réalité économique. Mais, c’est dans l’exercice de la plume qu’il puise toutes les résonances significatives du cosmos.
Il sort son premier recueil de poésie en fin 2000 s’intitulant « Un Visage dans la Mer » à la Collection Alizés. Le jour de la mort de sa mère, le vingt huit septembre 1999, en sa présence seul, il interprète ce départ comme un signe et ? comme une renaissance de lui-même. Captant au passage la certitude intime et inébranlable, que la mort n’est que l’Ouverture d’une « Porte » dont seul notre vivant nous autorise ou nous interdit d’acquérir la « clé » du goulet ultime.
En janvier 2002, il est nommé Directeur de « Alizés », en Mai de la même année, il publie chez « Publibook » à Paris son deuxième Recueil : « Noces Divines ».
Depuis l’écriture semble l’avoir choisi humblement, faisant de sa poésie non seulement un état d’âme, mais surtout un état d’être.
En 2007, un premier Roman au titre sulfureux « Le Château des Murat », dénonçant obscurantisme et machiavélisme de l’homme.
Depuis octobre 2006, il tient avec brio le poste de journaliste littéraire sur CANAL 10 TV (émission littéraire Point de Mire) permettant la promotion des auteurs de Guadeloupe et autres.