Fiche Personne
Joueur/se de kora

Soriba Kouyaté

Sénégal

Français

Dès l’âge de 5 ans, Soriba Kouyaté, fut initié à la Kora par son père, Mamadou Kouyaté, qui jouait le répertoire Mandingue pour les dignitaires et fut notamment en son temps le musicien « attitré » du Président du Sénégal Léopold Sédar SENGHOR. Avant cela, il tapait déjà sur le Tama (appelé aussi Talking Drum, par les Nigerians). C’est en se blessant au visage avec la baguette de cette percussion que Soriba décida de changer d’instrument et de jouer celui de son père : la Kora. Mamadou l’initia pour que dans l’avenir, il l’accompagne dans ses représentations à travers le monde. A l’âge de treize ans, son père lui remit son passeport et lui dit : « Soriba, tu es désormais prêt à jouer devant le monde. A partir d’aujourd’hui, tu m’accompagneras ». Ils jouèrent donc ensemble cette musique de tradition griotte et originaire de l’Empire du Mandingue. Mais Soriba voulut rapidement aller plus loin, ailleurs, vers d’autres horizons. Ses nombreux voyages effectués lui donnèrent l’occasion de découvrir d’autres musiques dont certaines l’ont interpellé profondément. Notamment celle de John Coltrane, Miles Davis, Duke Ellington, Charles Mingus… Durant toute son adolescence, Soriba chercha, expérimenta et trouva de nouvelles sonorités mettant au point avec rigueur une technique hors du commun et unique en son genre. En 1989, Soriba obtient le premier prix du festival Ouest Africain de la Kora en Guinée. Soriba a accompagné et/ou enregistré avec de grands noms du monde musical : Peter Gabriel, Youssou N’Dour, Dizzy Gillespie, Salif Keita… De retour d’une tournée aux États-Unis, il reçoit des courriers de Diana Ross et du cinéaste Spike Lee, le félicitant et l’invitant à revenir rapidement aux USA pour s’y faire connaître. Harry Belafonte lui proposera également de venir travailler avec lui. Ray Lema a dit de lui : »Soriba a sorti la Kora de sa prison ».