Fiche Personne
Chanteur/euse Auteur-compositeur/trice Compositeur

So Kalmery

République du Congo

Français

So Kalmery et le Brakka
Auteur, compositeur et interprète, So Kalmery, originaire de la république démocratique du Congo est le représentant d’un style musical, le Brakka.

Tout à la fois philosophie, combat et musique indissociable de la danse, le Brakka est, (Bra, le commencement, ka, l’infini, l’esprit) une musique qui puise sa source dans la tradition africaine, tout en y intégrant des influences urbaines.

Le Brakka, pour So Kalmery, est la musique des origines et l’origine de la musique. Il est universel. Il touche tout le monde, des Africains aux Occidentaux, des ruraux aux urbains, des curieux de musique africaine aux amateurs de hip hop. Le Brakka nous enseigne un secret oublié. Il nous parle de ce que nous sommes.

L’histoire de So Kalmery est celle, picaresque, d’un musicien prodige, un voyageur insatiable, un poète, chanteur, danseur, à la recherche des racines et des valeurs de l’humanité. Un personnage drôle et mystique qui joue une musique au-delà des frontières, à la croisée du blues, de la folk, de la chanson et du Brakka.

So Kalmery, repères biographiques
So Kalmery naît en 1955 dans la région de Bukavu, à proximité du
lac Kivu dans l’Est de la république démocratique du Congo. Son père, musicien, joue de l’accordéon, de la trompette ou de la guitare dans les fanfares et de l’orgue à l’église. So chante dès son plus jeune âge avec les autres enfants, dans les chorales, et suit ses grands frères qui jouent le Brakka dans les orchestres le dimanche. Il compose ses premières chansons à neuf ans.

En 1966, le père de So est éliminé pendant la répression anti-
Lumbubiste. La famille part à Lusaka (Zambie) ; So les suit. Chanteur dans une chorale, il est engagé à quatorze ans par un chef d’orchestre local qui le kidnappe et l’emmène en tournée au Burundi et au Kenya. À cette époque, est désigné chef d’orchestre celui à qui appartient le matériel et les instruments.

À seize ans, il découvre les studios d’enregistrement grâce au
producteur EMI, et devient propriétaire des instruments et du matériel
pour tourner : son groupe, Vedette mambo devient indépendant.

Trois ans plus tard, So retourne en Zambie et retrouve une partie de sa famille. Il joue avec le groupe The Blazes, dans lequel chante Dorothy Masuka, grande dame du jazz sud-africain. So est d’abord son guitariste-chanteur avant de devenir chef d’orchestre du groupe. C’est avec elle qu’il enrichit ses connaissances musicales et surtout l’harmonie et l’orchestration.

En 1978, So part pour deux ans à Kinshasa. Il joue avec Viva la musique en tant que guitariste, un groupe qui rassemble des musiciens aujourd’hui renommés, comme Papa Wemba ou Koffi Olomide?

Il arrive à Paris en 1982 et crée le groupe Ujamaa (famille en swahili) avec qui il enchaîne tournées européennes et enregistrement d’albums jusqu’en 1989.

Lors d’un voyage en Australie en 1994, il est accueilli par les Aborigènes et découvre le Didgeridoo qu’il intègre à sa musique. En 1995, il enregistre l’album Rasmi et joue en première partie de Ben Harper lors de sa tournée en France.

Avec son dernier album, Bendera (sorti en mars 2001), So Kalmery brandit à nouveau l’étendard du Brakka et livre huit compositions en swahili et en anglais, aux sonorités blues folk inspirées par des notions d’amour, d’égalité et de mysticisme.
Source : musée Dapper.

Discographie : Brakka CBS France – 1989
Rasmi Buda musique – 1996
Bendera Pygmalion Records – 2001