Fiche Personne
Chorégraphe

Robyn Orlin

Afrique du Sud

Français

Robyn Orlin se forme à la danse contemporaine à Londres et Chicago. Elle retourne en Afrique du Sud en 1980 pour y présenter sa première performance. Suivront des pièces qui marient vidéo, texte et arts plastiques, aux titres évocateurs : If You Can’t Change The World, Change Your Curtains (1990) (Si tu ne peux changer le monde, change de rideaux), Naked on a Goat (1996) (Nu sur une chèvre), Orpheus? I Mean Eurydice? I Mean The Natural History of a Chorus Girl (1998), Daddy I’ve Seen This Piece Six Times Before And I Still Don’t Know Why They Are Hurting Each Other (1999) (Papa, j’ai déjà vu cette pièce six fois, et je ne comprends toujours pas pourquoi ils se font du mal)?, etc.

Robyn Orlin ne mâche pas ses mots, mais toujours avec brio, c’est pourquoi on l’a parfois surnommée « l’irritation permanente »? Elle collabore aussi avec d’autres artistes comme William Kentridge, Sophie Loucachevski ou Jonas Gongwa et mène une recherche sur les « figures du déséquilibre » ou « la troisième dimension des sensations » avec les jeunes acteurs du Market Theater Laboratory. Le Market Theater Laboratory a été fondé à Johannesburg, par Barney Simon, un metteur en scène d’origine juive lituanienne (comme le père de Robyn Orlin) dont le travail avec les communautés noires et leur matériau de contes mythiques populaires a beaucoup marqué l’artiste.

Chorégraphe blanche sud africaine, elle a ouvert la voie d’une chorégraphie du politique qui déclare la guerre à l’héritage colonial du ballet classique, à la propriété privée et aux logiques d’exclusion.
Spectacle(s)