Fiche Personne
Musicien/ne

Djigui Traoré

Mali

Français

Djigui est né en 1940 à Sirakelen, dans le cercle de Koutiala, une ville du district de Sikasso au Mali, une région agricole et fertile.
Il est issu de l’ethnie Minianka qui vit à cheval sur le Burkina Faso et le Mali, un peuple d’agriculteurs réputés au patrimoine musical très riche. En dehors des simples réjouissances, la production musicale traditionnelle des Miniankas est soumisses au calendrier des rites agraires initiatiques et funéraires.
Djigui Traoré est donc né sous le signe de la musique : son père jouait du grand tambour et son père adoptif du tambour d’aisselle (n’tama) auquel il l’initie dès qu’il est capable de marquer le rythme. Mais Djigui s’intéresse vite à d’autres instruments, au balafon d’abord puis au m’bolon.

Le m’bolon est un instrument rythmique à trois cordes, de la famille du donso n’goni, la harpe de la musique des chasseurs, et du kamélé n’goni, celle jouée par les jeunes. Il sert encore et surtout à encourager les cultivateurs aux champs.

English

Djigui Traoré was born in 1940 in Sirakelen, around Koutiala, a town in the Sikasso district, one of Mali’s fertile farming regions.

He comes from the Minianka ethnic group, which straddles Burkina Faso and Mali, a farming people of great repute with a rich musical heritage.
Outside of simples pleasures, Minianka music is subordinate to the calendar of agrarian ritual, its initiations and funerals.
So it was that Djigui Traoré was born under the sign of music : his father played the great drum and his adopted father the smaller underarm drum to which he introduced the boy as soon as he could beat out a rythm. But Djigui quickly became interested in other instruments, firstly the balafon and then the m’bolon. The m’bolon is a three stringed rythmic instrument from the donso n’goni (hunters’ harp) and kamele n’goni (played by young people) families.