Fiche Personne
Percussionniste Conteur/se Promoteur culturel

François Essindi

Cameroun, Gabon

Français

L’homme :

François Essindi est un artiste musiciens camerounais.

Il joue aux instruments  traditionnels à cordes  à vent, à peau et corporels :

Cordes : (Mvet, Ngomo) des harpes traditionnelles

Vent : (Flûtes pygmées, feuilles, Arc-à bouche…)

Percussions : Nkul (Tam tam d’appel), Ngom (tambour long), Djembé, Carone…)

Corporels (Coquille d’escargot et noisette) et percussion corporelle

Formé à l’ensemble National du Cameroun, François est également comédien et ayant suivi de nombreux Stages par le billais d’institut Goethe de Yaoundé et le Centre culturel français à Yaoundé.

Comédien professionnel, François a travaillé avec plusieurs troupes théâtrales au Cameroun et une longue aventure avec la compagnie Eyala pena, une compagnie de théâtre itinérant.

Le Musicien :

Coté musique, François  travaille avec divers artistes d’horizons divers, travaille avec des compagnies de théâtre et de danse tant comme acteur ou compositeur musical.

Compose ou participation à des films tant comme acteur que compositeur ou co-auteur.

L’Artiste :

Auteur compositeur, son premier projet musical Otoulbaka : http://www.myspace.com/otoulbaka a représenté le Cameroun à plusieurs lieux et festivals entre 1980 et 2001.

En 2003 François bénéficie d’une signature de contrat professionnel qui le  conduit en France à Paris où il exerce jusqu’à ce jour.

Comédien de la compagnie du théâtre Inutile de la ville d’Amiens, François n’a pas lâché son rêve de promouvoir la culture à travers les instruments traditionnels, les contes, récits et rithes de sa culture Ekang.

En 2005, il fait un projet musical Abakuya grâce à une rencontre en Suisse avec un bassiste australien (Jimi Sofo) : http://www.myspace.com/abakuya

De ce projet naîtrons deux disque dont :

–       Primitive love en 2008

–       – Abakuya Ep en 2010

François collabore avec différents artistes dans différents projets. (Peintres, Musiciens, Performers…)

Brice Wassy (Cameroun) Madesheerkhan (France) Caroline Chivé (France) Hilaire Penda (Cameroun) Riad Abdelgawad (Egypte), ou Florence Soissong…ainsi que bien d’autres encore.

Il propose aussi des ateliers sur le rythme, le conte et dans l’Art dramatique.

L’Auteur :

Auteur de deux livres de contes bilingues et illustrés sortis aux éditions L’harmattan, François Travaille aussi sur la récolte des contes, rites et chante fable de sa culture Ekang (au sud Cameroun)

Le Projet « MINSILI » Ekang School-Group Project.

Dans le but qu’il s’est donné de promouvoir la culture Ekang et les instruments en voie de disparition.

François fabrique à Paris des instruments (Mvet),  afin de les stabiliser, les rendre crédibles et de les faire partager au plus grand nombre.

Il s’en va à la rencontre des artistes et des instruments de la modernité pour partager son expérience et sa culture au plus grand nombre.

C’est  de cette rencontre que naitra le projet : « MINSILI Ekang’s School-Group »

« Minsili Groupe-Ecole Ekang »

English

François Essindi is a young story teller-musician from central Africa, region & culture of Ekang, the Fang-Beti's. He showed on a very early age his talent to domesticate the traditional instruments which looked very old-fashioned to his fellows? With his enlightened face of a fang sacrifier seeking for a ceremonial fetish, he surprises by his wide open-harted and brusque smile, before going back to his conversation with the Spirits of the Ekang. Regarding his music, Essindi never cuts off of the intiatic. He always goes for music which is moreless sacred, these which are limit close to trance connected to something else. From his band's traditional name "Otoulbaka" in Cameroun to his actual show, Abakuya, interactive, related and sung where come together like a succession of a cosmogony a wide range of items and percussion from the ngom-djembe-toronto (long drum born of Essindi's inspiration & self made ?) to the Snail shel, pygmy flutes, sanza, mvet? Essindi never sidetracked. Even when he composed very succesfull for the singer Donny Elwood, when he could be tempted to do it it on an easier way. Essindi will stay with the depth of the thousand entries, sour critics on the leaders, on modernity, about the insatiable will of the Human struggling for more, on the complex rythms and polyphonies of the forest. Harps, shells, mvet all the "sui" percussions come between the tale without never turning it delinquent. It's not a matter of virtuosity, the technic serves the played message, told, sung, satirized. On the end, stays from Essindi and his performance an incredible communication strength, this all through his very original personality and his self-made instruments and material, looking like it came straight from Ancient times, from Thèbes?