Fiche Personne
Réalisateur/trice Producteur/trice Scénariste

Abraham Ségal

France

Français

Réalisateur, scénariste et producteur français.
Né à Bucarest en 1937.

Il étudie l’histoire et la philosophie à l’Université hébraïque de Jérusalem où il fonde et anime le ciné-club universitaire (1959-1962). Dès ces années, l’œuvre d’Albert Camus l’interroge, puisque son mémoire de maîtrise a pour sujet « L’éthique à l’œuvre chez Albert Camus ». Il part ensuite à Paris faire des études de cinéma, s’y installe et de 1967 à 1982 collabore à diverses revues de cinéma comme La Revue du cinéma, CinémAction et L’Avant-Scène du Cinéma et publie le texte de l’album de photos S. M. Eisenstein (Éditions du Chêne, 1972).

A partir de 1971, il réalise des films documentaires pour le cinéma et la télévision.

Par ailleurs, il est l’auteur d’un essai, Abraham, enquête sur un patriarche (Plon, 1995, réédition Bayard, 2003).

Il anime – avec Delphine Seyrig, le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir et l’association « antipsychiatrique » Trames – le Festival Films et Folies (1986-1987).

Membre et ancien président de l’Association des cinéastes documentaristes (Addoc), il fait aussi partie de l’Association du Cinéma Indépendant pour sa Distribution (ACID) et de la Société des Réalisateurs de Films (SRF). En 2005, il participe à la fondation du Réseau des Organisations du Documentaire (ROD).

Il est également membre actif de « Trop, c’est trop ! », collectif lancé en décembre 2001 par Madeleine Rebérioux, Pierre Vidal-Naquet, Stéphane Hessel et d’autres, afin de militer, à travers textes, films et réunions publiques, contre l’occupation et pour un véritable dialogue entre Israéliens et Palestiniens.

Annie Ségal, son épouse, mathématicienne de formation, a collaboré à plusieurs de ses films et aux publications de l’Avant-Scène du Cinéma. Elle a pris une part active notamment dans l’organisation du festival Films et Folies et dans la rédaction de l’essai Abraham, enquête sur un patriarche.

_____________________

FILMOGRAPHIE

Moyens et longs-métrages

– B.A.-BA (90 min, 1971), vision critique du système scolaire en France. Produit avec le soutien du GREC. Mention spéciale du Prix Sadoul.

– La vie, t’en as qu’une (78 min,1978, coréal. avec Denis Guedj et Jean-Pierre Pétard), une image éclatée de la vie quotidienne, dix ans après mai 68. Produit par le Chant du possible. Sélectionné par Perspectives du Cinéma français au Festival de Cannes.

– Alésia et retour, voyage phénoménal (52 min, 1983), film qui montre la transformation forcée d’un quartier, dans le XIVe arrondissement de Paris. Coproduction Antenne 2 et CNRS audiovisuel. Diffusé par France 2 en 1984.Alesia- Hors les murs (3 x 52 min, 1986). À travers trois pratiques alternatives à la psychiatrie asilaire, cette série propose une vision autre des rapports entre folie et société. Coproduction ACET et Antenne 2. Diffusé par le Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir. Prix de la qualité du CNC (1986).

– Van Gogh, la revanche ambiguë (70 min, 1989), mythe d’un héros moderne, Vincent Van Gogh, et son destin, cent ans après sa mort. Prix du jury du Public au Festival international du film documentaire de Nyon.

– Toutes les couleurs (52 min, 1990), l’aventure picturale de Gérard Fromanger. Coproduction 13 Production et INA. Diffusé par France 3.

– Enquête sur Abraham (102 min, 1996) où l’enquêteur recherche, dans les plis de notre culture, l’empreinte d’un ancien récit. Il repère et analyse, au cœur d’une actualité dramatique, nos liens aux origines. Coproduction France / Israël / Palestine. Production déléguée 13 Production et I.N.A. Sorti en salle au Studio des Ursulines à Paris. Distribué par les Cinémas de Recherche. Diffusé par La Cinquième et France 2. Sélectionné entre autres au New York Jewish Film Festival et San Fransisco Jewish Festival ainsi qu’au Festival International du Film de Jerusalem.

– Enquête sur Paul de Tarse (2 x 52 min, 1999), émission TV en deux volets : Le Converti et Le Fondateur. Enquête sur la figure contrastée de l’apôtre Paul, sur le sens de sa conversion, sur son rôle dans l’évolution du christianisme. Avec Didier Sandre. Coproduction Agat Films et Films en Quête. Diffusé par La Cinquième. Sélectionné à Vue sur les Docs et au Festival of Jewish Cinema de Melbourne.

– Le Mystère Paul (104 min, 2000). Didier Sandre mène l’enquête sur Saül de Tarse, un juif du Ier siècle qui devient, après sa conversion, l’Apôtre Paul, le saint Paul de l’Église. Quel est, pour les chrétiens et les juifs, le sens de cette conversion ? Quel est le rôle de Paul dans la fondation et l’évolution du christianisme ? Coproduction Agat Films et Films en Quête. Sortie en salles en mars 2000. Sélectionné au Festival du Film de Jérusalem, au New York Jewish Film Festival et au San Francisco Jewish Film Festival.

– Témoins pour la paix (47 min, 2003). Répondant à l’appel de Goush Shalom – le Bloc de la Paix -, des Français juifs se sont rendus fin janvier 2003 en Israël et dans les territoires palestiniens. Ils ont constaté sur place les méfaits de l’occupation, des attentats, de l’apartheid et des humiliations quotidiennes infligées aux Palestiniens. Témoins pour la paix saisit les moments forts de ce voyage entre Jérusalem, Ramallah, Tel-Aviv et la bande de Gaza. Coproduction Agat Films et Films en Quête. Diffusion TV5 Monde.

– Florence Delay – comme un portrait (2004), portrait à facettes d’une femme écrivain célèbre mais secrète. Entre les mots de Jeanne dits par Florence Delay dans le film de Robert Bresson Procès de Jeanne d’Arc, les phrases de ses romans et de ses essais et les paroles de Jean l’évangéliste qu’elle a traduites, son histoire est traversée par les couleurs des mots, l’esprit du jeu et le souffle de la foi. Elue à l’Académie française en 2000. Diffusion France 2. Edition DVD Gallimard.

– La politique et Dieu (86 min ou 3 x 29 min, 2007). Qui sont les fondamentalistes ? Comment agissent-ils ? Par quels moyens peut-on contrer les tendances fondamentalistes ? La politique et Dieu enquête sur les lectures perverties des textes sacrés et sur les liaisons dangereuses politique-religion nouées par des fondamentalistes issus du christianisme, du judaïsme et de l’islam. Diffusion France 2 (Présence Protestante).

– La Parole ou la mort (96 min, 2009), une enquête sur les manipulations politiques et théologiques des paroles de la Bible et du Coran. La parole ou la mort vise le danger que représentent les fondamentalistes et les murs élevés par les intégristes entre peuples ou entre communautés. Le film révèle également, au-delà des barrières, les liens tissés par l’art, la culture et la foi. Avec la participation de Daniel Barenboïm et du West-Eastern Divan Orchestra. Une coproduction Artline Films et Films en Quête. Diffusion TV5 Monde.

– Quand Sisyphe se révolte (90 min, 2013). Du Mythe de Sisyphe à L’Homme révolté la pensée vive d’Albert Camus a marqué le 20e siècle. Quand Sisyphe se révolte propose de regarder, avec les écrits de Camus comme référence, ce qui advient autour de nous : aussi bien le sort des migrants, ces « Sisyphe » de notre temps qui essaient encore et encore d’entrer en Europe, que la révolte populaire en Tunisie ou des actions terroristes, qu’elles soient l’œuvre d’un réseau comme Al-Qaïda ou d’un État. Production Films en Quête. Distribution Zeugma Films.

Film Camus – Lourmarin- Camus, de l’absurde à la révolte (56 min, 2014). Filmé en Algérie, en France et en Grèce, Camus de l’absurde à la révolte est une investigation documentaire sur la présence de la pensée d’Albert Camus aujourd’hui. Si un lien est régulièrement établi entre les paroles de Camus et des situations récentes, le regard sur le présent n’occulte pas pour autant l’exploration des écrits et le rappel des échos et tempêtes qu’ils ont soulevés.

_____________________

Courts-métrages

– La chaîne se déchaine (12 min, 1978, coréal. avec Denis Guedj et Jean-Pierre Pétard). Le sabotage est par excellence l’anti-travail, l’anti-sacrifice. Le film entremêle des témoignages de travailleurs sur des formes de résistance au rythme imposé par la chaîne et une mise en images et en musique du compte rendu, fait par les ouvriers de la General Motors aux États-Unis, d’un sabotage collectif devenu fête.

– Couleurs folie (13 min, 1986), film-rencontre entre Delphine Seyrig et Mary Barnes (peintre et coauteur de Mary Barnes, un voyage à travers la folie) sur les liens entre l’expérience de la folie et l’expression picturale.

– Comme des fleurs (13 min, 1989). Entre la vente aux enchères à New-York des Iris de Van Gogh et l’hopital Saint-Paul-de-Mausole où les Iris ont été peints.

– Socrate ou audimat ? (13 min, 1995). Témoignages et réflexions sur les rapports entre travesti et politicien, entre « reality show » et vérité dramatique. Avec la participation de Jean-Claude Carrière et de Mony Elkaïm Coproduction Canal+ et 13 Production. Diffusion Canal+.

– De page en page (16 min, 1999), film essai : comment naissent et vivent les pages ? Comment traversent-elles les jours et les siècles ? Avec la participation de Jean Botero, Jean-Claude Carrière et Plantu. Diffusion Arte (Metropolis).

– Le rêve à l’oeuvre (15 min, 2001). Avec la participation de J.-B. Pontalis et E. Roudinesco. L’interprétation des rêves, de Sigmund Freud, a cent ans. Dans l’art, la psychanalyse ou dans le quotidien, le rêve est toujours à l’œuvre. Diffusion Arte (Metropolis).

– La Bible de 2001 (17 min, 2001). Vingt écrivains et vingt-sept exégètes ont participé au véritable événement culturel qu’est la nouvelle traduction française de la Bible parue aux Éditions Bayard.
Avec la participation de Frédéric Boyer, Florence Delay, Jean Echenoz, Jean L’Hour et Jacques Roubaud. Diffusion Arte (Metropolis).

– La Bible des cinquante (30 min, 2002). Œuvre d’une cinquantaine d’écrivains et d’exégètes, la nouvelle traduction de la Bible parue chez Bayard affirme d’emblée ses ambitions littéraires. Comment est-elle lue ? Comment est-elle reçue ? Quelle est sa nouveauté ? Avec la participation, parmi d’autres, de Florence Delay, Marie Depussé, Frédéric Boyer, Jacques Roubaud, Didier Sandre et le pasteur Florence Taubmann. Production Claudette Marquet pour Présence Protestante (France 2).

– Meddeb, éclaireur d’Islam (15 min, 2002). L’écrivain Abdelwahab Meddeb a publié au Seuil La maladie de l’islam, essai sur les racines de l’intégrisme. Né à Tunis, vivant à Paris, Meddeb est un passeur entre les cultures de l’Orient et de l’Occident. Diffusion Arte (Métropolis).

– L’Occident vu de l’Orient (12 min, 2005), film sur l’exposition L’Occident vu de l’Orient conçue par Abdelwahab Meddeb. Tandis que la manière dont l’Europe perçoit l’islam a souvent été montrée, cette exposition explore à l’inverse le regard porté par les musulmans et les orientaux sur l’Occident. Diffusion Arte (Metropolis).Castellion

– Un trésor retrouvé – La bible de Castellion (30 min, 2006). « Tuer un homme n’est pas défendre une doctrine, c’est tuer un homme ». Sébastien Castellion écrit ces mots en 1553, au moment où il traduit la Bible. Ils résonnent avec force aujourd’hui. La publication par Bayard en 2006 de la Bible française de Sébastien Castellion est un événement : cette traduction exceptionnelle n’a été éditée qu’une seule fois en 1555. Diffusion France 2 (Présence Protestante).

Source:
http://abrahamsegal.com/?page_id=31

FACEBOOK : www.facebook.com/pages/Films-en-Qu%C3%AAte-Abraham-S%C3%A9gal/1512908535612723

English

As a writer and director of documentary films since 1971, I have made some 30 documentaries of all lengths for both television and the cinema. As an independent filmmaker, in 1998 I founded my own film production company, Films en Quête, in order to be able to pursue my work more freely.

Firmly rooted in both the present and the deeper currents that constitute it, most of my films address essential issues in the fields of art, education, the dangerous connections between politics and religion, and the vital bonds between literature and life…

Source:
http://abrahamsegal.com/english/