Fiche Personne
Chanteur/euse Auteur-compositeur/trice

Diho

Mayotte

Français

Diho, originaire de l’île de Mayotte est auteur – compositeur – interprète. Il développe très tôt son goût pour les musiques et les danses de son île, située entre Madagascar et l’est de l’Afrique. Fortement imprégné par sa culture, il fait le choix en 1980 d’intégrer un groupe folklorique de jeunes étudiants mahorais en Anjouan, autre île de l’archipel des Comores. Ses partenaires musiciens reconnaissent rapidement ses qualités de leader et le suivent dans son exploration des diverses musiques traditionnelles telles le Biaya, le Chacacha, le Chigoma, le M’Godro. Diho s’enrichi de ces rythmes ancestraux et parfait, en autodidacte, la pratique de la guitare. Toujours attentif aux différents courants musicaux il aborde ensuite les tonalités occidentales et devient guitariste-chanteur du groupe Arc-en-ciel à Mayotte. Jusqu’en 1985 il parcourt les scènes des Comores au sein de différentes formations. En 1985 Diho s’installe à Marseille pour plus d’opportunités et de rencontres. Attaché à ses racines Chigoma, il crée en 1994 son groupe Araka et développe un nouveau style musical qu’il nomme ‘Afro – Chigoma’. C’est avec cette nouvelle teinte musicale et son groupe Araka qu’il gagne la même année le 1er prix du concours ‘Défis Rock’ organisé par la ville de Gardanne. Diho enregistre alors son premier single promotionnel. Vient ensuite le temps des tournées, essentiellement sur les scènes du sud de la France, de Corse et de Sardaigne. A partir de 1998, Diho se consacre à la préparation de son premier album sous son nom. Les compositions reflètent son parcours géographique et musical. Le titre, ‘Safir’, traduit bien son goût pour les éléments construits avec patience telle la pierre précieuse mais aussi celui du voyage par la racine swahili m’safara qui signifie précisément voyage.

Saïd Ibrahim, plus connu sous de Diho, est auteur-compositeur-interprète. Originaire de l’île de Mayotte, il développe très tôt son goût pour les musiques et les danses de son île située entre Madagascar et l’Est de l’Afrique. Chantée pour l’essentiel en shimaoré, sa musique parle de la vie quotidienne, de l’amour, mais aussi de la situation en Afrique. Essayant de faire découvrir l’archipel des Comores et ses sonorités diverses, Diho embarque avec lui, tous ceux qui souhaitent s’évader pour un merveilleux « voyage »?Fortement imprégné par sa culture et toujours attentif aux différents courants musicaux, Diho aborde tout naturellement en 1981 les tonalités occidentales et devient guitariste chanteur du groupe Arc-en-Ciel à Mayotte. Guidé par sa passion de la musique, il multiplie entre 1981 et 1985 les interventions dans les différents groupes de l’île et parcourt les scènes des Comores. Ses partenaires musiciens reconnaissent rapidement ses qualités de leader et le suivent dans son exploration des diverses musiques traditionnelles telles que le Biaya, le Chacacha, le Chigoma, le M’Godro. Durant cette période, Diho s’enrichi de rythmes ancestraux et parfait en autodidacte sa pratique de la guitare. En 1985, Diho décide de s’installer à Marseille, lieu qui lui offre d’autres opportunités de rencontres. Bien intégré dans le réseau musical de la cité phocéenne, il reste cependant très imprégné des rythmes qui compose sa propre culture : attaché à ses racines Chigoma, il crée en 1994 son groupe Araka et développe un nouveau style musical qu’il nomme Afro-Chigoma. C’est avec cette nouvelle teinte musicale et son équipe qu’il gagne la même année le 1er prix du concours « Défis Rock » organisé par la ville de Gardanne. Diho enregistre alors son premier 3 titres. Entre 1994 et 1998, Diho et Araka se produisent sur différentes scènes du Sud de la France, en Corse et en Sardaigne. Il joue notamment lors de la première partie de Marcus Miller (bassiste de Miles Davis), aux côtés de Massilia Sound System et enregistre deux clips avec deux télévisons régionales.A partir de 1998, Diho se consacre à la préparation de son premier album dont les compositions reflètent son parcours géographique et musical. Le titre de l’album « Safir », traduit bien son goût pour les éléments construits avec patience, telle la pierre précieuse, mais aussi celui du voyage par la racine swahili m’safara, qui signifie précisément voyage. Enregistré à Paris durant l’année 2000, « Safir » offre des sonorités aussi diverses qu’envoûtantes grâce à la participation de grands musiciens ayant tournés pour certains avec Manu Dibango, le bassiste Noël Ekwabi (qui signe aussi les arrangements), la choriste Mimi Felixine ; le clavier Fredo (musicien de Sinclair) ; certains de Salif Keita et de Papa Wemba, le guitariste Panama, le percussionniste d’Angélique Kidjo, David Mirando ; ainsi que Mokhtar Samba, batteur du groupe Ultra Marine. La musique de Diho est un subtil mélange de rythmes, de chants traditionnels et d’instrumentation actuelle, entre l’afro, le reggae, le chigoma et le jazz. Avant tout un don que Diho souhaite faire à tous ceux qui aiment s’évader.

FORMATION

Diho : Guitare, chants ;
Jean-Marc Robin : Batterie ;
Philippe Tempo : Basse ;
Queen Etemé : Ch?urs.

Discographie :
Safir Autoproduit ? 2001



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications