Fiche Personne
Chorégraphe Danseur/se

Léna Blou

Guadeloupe, Guadeloupe

Français

Parcours
Après des études d’infirmière, mais depuis l’âge de six ans sur les barres et dans les studios, Lénablou est vraiment une enfant pétrie par la danse et dévolue à celle-ci.
Forte d’une volonté implacable et d’un amour incommensurable pour la danse envers et contre tout, elle part à Paris où elle étudie à La Sorbonne et obtint le diplôme d’Interprétation Chorégraphique en Jazz. Parallèlement aux cours théoriques elle participe à de nombreux stages pratiques toutes écoles confondues (jazz, contemporain, classique, danse indienne, danse africaine) en Europe et aux Etats-Unis aux côtés des plus grands dont Matt Mattox, Carolyn Carson, Glenn Whaley, Alvin Mac Duffy, Anna Czajun, Jacqueline Fynaert, Dominique Bagouet, Alphonse Thérou, Joe Algado, Frey Faust, Pascale Couillaud entre autres?
C’est de toutes ces expériences diverses et plurielles qui nourrissent son inspiration et permettent l’éclosion d’un style très personnel à la fois ancré dans le patrimoine traditionnel et populaire et résolument contemporain.
Elle ouvre alors son école de danse : le Centre de Danse et d’Etudes Chorégraphiques Lénablou, afin d’offrir aux jeunes guadeloupéens un enseignement de qualité mais également un environnement stimulant pour les plus intéressés (bibliothèques, vidéothèques?)
Après l’obtention de son diplôme d’Etat en Jazz et en Contemporain, elle se tourne vers la recherche en plus de la création, elle crée alors la compagnie Trilogie. Toujours obstinément en questionnement sur les questions de l’esthétique et de l’identité de la danse caribéenne, elle n’a de cesse de pouvoir enfin lui donner sa légitimité académique. Elle crée la Tekni-Ka?
Toujours en quête de perfectionnement et d’excellence, elle obtient le Certificat D’aptitude à enseigner en danse contemporaine où elle défend sa vision pédagogique et chorégraphique basée sur la philosophie du Gwo-Ka : danse traditionnelle de la Guadeloupe.
Dès lors au sein de sa compagnie, de son école, de ses interventions par ses recherches, elle manifeste sa détermination de transmettre cette esthétique chorégraphique issue de la tradition caribéenne?

chorégraphies
La danse caribéenne est en émergence, faite de danses traditionnelles métissées elles sont une re-création de plusieurs courants esthétiques mais ont su imposer un caractère propre.
Lénablou, apôtre de celle-ci au travers de ces créations, décline et fait se côtoyer des univers où se mêlent et s’entremêlent dans un style contemporain, histoire, mythes, légendes, rythmes, corps, équilibres et déséquilibres ?
Avec une tonalité singulière, une méthode de travail et une signature très personnelle qui n’ont pas manquer de la faire reconnaître par notamment Béjart et Gallota entre autres comme l’une des chorégraphes les plus talentueuses et créatives du monde caribéen.

Le Sacrifice de Delgrès, Ignace et Solitude – 1987
Damier – 1987
Noitulover 200 – 1989
Bab Sal – 1992
Désordres et Fragments d’harmonie – 1994
Funambule – 1995
Le Passage Sacré – 1996
Danse en Trois Mouvements -1997
« 1967 » – 1997
Prescience de l’ô – 2000
Chimen Trase- 2000
Grenn Sel – 2002

Bibliographie
A paraître une recherche sur l’étymologie et la terminologie des différents mouvements et pas des septs danses du Gwo-ka : danse traditionnelle de la Guadeloupe.