Fiche Personne
Chanteur/euse

Akli D.

Algérie
Site web : www.akli-d.com

Français

AKLI D. a grandi dans un petit village de Kabylie (Algérie) au sein duquel football et musique étaient rois. Issu lui-même d’une famille de musiciens, il gardera toujours au fond de lui l’influence de sa mère, chanteuse de chants spirituels improvisés à la façon des griots. Son premier concert aura lieu au lycée à l’age de 12 ans Par la suite, il participera aux festivals locaux organisés par les Maisons de la Culture. A l’âge de 15 ans, il remporte avec sa formation le 1er prix du Festival Africain. Il arrive à Paris (France) où il joue de la musique dans les bars de la communauté berbère. Un jour d’été, il voit des musiciens jouer sur l’esplanade de Beaubourg. Il emprunte un banjo pour une chanson et à partir de là, il ne quittera plus les Places Publiques. De par cette expérience, il apprendra des musiques de tous horizons (Reggae, Folk, Rock, ?) qui viendront métisser ses compositions. Quelques années plus tard, il se consacre à l ‘Ecole du Cinéma : il suit des cours à la Cité Universitaire avec Renzo (ex assistant Metteur en scène de Fellini) puis un an plus tard au Café de la Gare (Centre du Marais), il va suivre pendant quatre années les cours de Kathleen Leslie issue de l ‘Actor’s Studio new-yorkais et élève de Lee Strasberg. En parallèle à sa formation d’acteur, AKLI D. monte un répertoire de reprises rock et se produit dans les cafés-concerts. Une jeune américaine l’invite à San Francisco (Etats-Unis). A peine arrivé, il monte une formation musicale (Fusion Groove). Il enchaînera alors les concerts (Café International, Université de Stanford, ?) durant plusieurs mois. Quelques mois après son retour en 1994, il part en Irlande pour une expérience musicale  » berbéro-celtique  » dont il sortira très enrichi. De retour à Paris, il crée son propre groupe Les Rebeuh des Bois. AKLI D. ne s’est jamais soucié de faire un disque, la musique étant pour lui un art de vivre avant tout, notamment de par les origines nomades de sa mère. Par hasard, un ami batteur lui parle d’un producteur (Al SUR Production). Tout va très vite, il réalise une maquette et son premier album ANEF-AS TRANKIL voit le jour en octobre 1999.

l appartient à cette nouvelle génération de chanteurs qui poursuivent l’engagement de l’identité kabyle dans une démarche musicale audacieuse, mêlant les percussions africaines aux instruments traditionnels. Sa voix chaleureuse et ses textes poétiques, s’appuient sur des rythmes nourris des traditions kabyles. En concert, c’est un véritable moment de fête, de partage et de générosité.

Entre sonorités multiples et rencontres uniques, de la Kabylie à San Francisco, en passant par la France et l’Irlande, Akli D s’est forgé une personnalité musicale unique.
Musicien nomade, sa musique fait revivre les émotions et les couleurs qui l’inspirent au quotidien.
Il relie les continents, imposant l’universalité musicale et mélangeant de surprenantes mélodies et variations rythmiques à des textes dont l’onirisme fait, par moments, apparaître la noirceur de sujets d’actualité.