Fiche Personne
Accordéoniste

Mémé Landin

Cap-Vert

Français

Dernier garçon d’une famille nombreuse, il grandit dans une ambiance musicale. Pourtant son père refuse catégoriquement qu’on lui enseigne le « Gaïta », l’accordéon cap-verdien populaire et subversif, de mauvaise réputation pour l’église coloniale.
« Mémé » attendit ses dix-huit ans pour pouvoir commencer à jouer librement du « gaïta ». Sa passion et son talent lui permettent de progresser rapidement.
Mémé Landin représente à lui tout seul toute la tradition des îles sous le vent et du Funana, ce genre musical singulier qui marie l’Afrique et l’Europe. Sa musique est festive et puissante, elle tire sa force de l’oppression dont ont été victimes les premiers habitants du Cap-Vert, esclaves d’Afrique.