Pour Hugo Chavez

Print Friendly, PDF & Email

C’est mon sang qui éclate
En souples jets d’une insolite douleur
Dont la voix s’intercale aux archives de la mort
C’est mon sang à tout faire
De pays à refaire
Au bord de la tempête déchirée
Dont l’épée se calcine
En calvaire d’eau
Jamais à terme cette eau de ma naissance
Foyer de mes luttes
Conduit naturel de mes sources ouvertes
Ô homme courtois donné en garantie à la terre
Homme proliférant
En tout territoire de justice et de genèse
En toute contrée où se meurt l’iguane essoufflé des peuples exploités
L’épaisse légende des algues et l’archipel des siècles maudits
C’est un juste triangle que sillonne la trajectoire du fer
Basses latitudes
Terres basses criblées d’espoir
Comme le khôl aux yeux des femmes
C’est mon sang
Parole authentique et lourde des violences
Par les chemins détournés
Par les cordillères
Hugo Chavez
Loin des frayeurs des routes coloniales
Tu avances
Qui dira désormais la main mise
L’étoilement qui déplie les étoiles
L’énergie mousseuse de nos géographies
L’écaille lumineuse de nos serpents nocturnes
Subversion
Subversion
Ton peuple pleure
Te pleure
J’aurai pour toi lancé l’alarme
Accompagné ton corps de cristal
En houle
En foule

Guadeloupe – 6 mars 2013///Article N° : 11384

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire