Fiche Spectacle
Danse
DANSE
A Benguer
Pays concerné : Burkina Faso
Contributeur(s) : Serge-Aimé Coulibaly

Français

chorégraphie de Serge-Aimé Coulibaly
Avec :
Serge-Aimé Coulibaly, Lydia Fromont, Tierema Lévy Koama, Sigue Sayouba « Betch »
Musiciens : David Malgoubri, Salif Ouedraogo, Tim Winsé.

« L’origine du projet part d’une situation qui m’est familière : la condition de la jeunesse ouest africaine.
Cette jeunesse, qui représente la majorité de la population, ne souhaite qu’une chose : quitter l’impasse dans laquelle elle se trouve. Les problèmes (économiques, politiques ou sociaux), le manque de perspectives, assombrissent l’horizon de la jeunesse. « Partir d’ici » est le seul rêve que font ces jeunes. Ils rêvent, ils rêvent, voient la réussite de « ceux qui sont passés de l’autre côté ».
Alors la vie est plus belle.
On se projette dans un « ailleurs » forcément meilleur.
On oublie de vivre sa vie ici, on ne croit plus à rien ici.
L’avenir c’est là-bas et seulement là-bas.
Un jour peut-être on partira.
Parallèlement, ceux qui ont franchi le cap, les émigrés, semblent rarement satisfaits de leur situation. Etranger dans son pays d’accueil, l’émigré se plonge dans ses souvenirs du pays.
Les conversations entre étrangers venant d’un même pays ou simplement d’une même ville sont pleines de nostalgie. Famille, amis. La vie là-bas fait naître un manque.
C’est toujours mieux ailleurs.
Alors on se prend à rêver.
On oublie de vivre sa vie ici.
Alors encore une fois on se projette : dans le passé, dans un futur retour.
Aucun d’eux ne vit dans le présent. Tous ont démissionné de leur vie, de leur rôle social. Tous, exilés, perdus, rêvent d’une vie meilleure.
« A Benguer » c’est la forme poétique que prend cette réalité sociale. Ce va-et-vient, la trajectoire du rêve. C’est également une recherche artistique sur ce statut d’exilé par la pensée que se construisent les émigrés.
J’ai longtemps rêvé de danser sur le rythme des mots : ceux qui ont une résonance en chacun de nous.
Les patrimoines culturels et artistiques du monde entier et plus précisément d’Afrique, sont le terrain de ma recherche sur les différentes formes d’expression, la virtuosité, l’élégance de la danse, la générosité et la poésie ».
Serge-Aimé Coulibaly



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications