Fiche Structure
Kaïna Cinéma
Pays concerné : Algérie
Téléphone(s) : 076 19 90 18

Français

Présentation de Kaïna Cinéma
Créée à Paris en mars 2003 par un collectif de professionnels du cinéma (producteurs, réalisateurs, techniciens, comédiens…), l’association Kaïna Cinéma lance des actions culturelles visant à structurer un réseau d’échanges et de formation dans le champ audiovisuel et cinématographique entre l’Algérie et les pays du bassin méditerranéen, en particulier la France.
Kaïna Cinéma souhaite nouer des partenariats avec des organisations institutionnelles ou associatives situées sur l’ensemble du territoire algérien en accompagnant, sur le terrain, le développement de leurs projets grâce des services de conseil et de formation, touchant aux différents maillons de la filière cinématographique (éducation à l’image, écriture, réalisation, production, diffusion…)
La première initiative réalisée a été la conclusion, à l’occasion de la création des Rencontres Cinématographiques de Béjaia en juin 2003, d’un partenariat avec l’association Project’Heurts, pour l’organisation d’ateliers de travail sur le thème de l’animation d’un espace de diffusion cinématographique (salle, ciné-club, festival…).
L’objectif de cette manifestation, organisée sur une durée de cinq jours, est de s’identifier comme un lieu de formation, de discussions et d’échanges concernant les différents métiers de la filière cinématographique.
Au delà de ce rendez-vous annuel, qui constitue une première étape de sensibilisation, Kaïna Cinéma propose la mise en œuvre de stages de formation, individuels ou collectifs, de durée variable, en partenariat avec des organisations professionnelles.
Ainsi, tout au long de l’année 2004, Kaïna Cinéma a permis à plusieurs jeunes algériens de bénéficier d’un stage pratique individuel d’un mois dans différents festivals de cinéma en France (les villes d’accueil étaient Caen, Clermont-Ferrand, Douarnenez, Foix, Grenoble et Montpellier).
Grâce aux liens noués avec des exploitants de salles de cinéma et responsables de festivals, des programmations spéciales ont été réalisées à Paris, Foix, Marseille, Roubaix, Brest, Créteil, Aix-en-Provence, Rennes, Douarnenez et Saint-Denis, permettant ainsi de faire écho aux actions de Kaïna Cinéma en Algérie.
Une première mission d’expertise technique du matériel de projection de salles de cinémas a été engagée dans trois villes : Béjaia, Oran et Tlemcen.
En 2005 et 2006, en plus de l’accompagnement de la création de ciné-clubs et de la consolidation des Rencontres Cinématographiques de Béjaia, Kaïna Cinéma a mis en place deux stages annuels d’initiation et de sensibilisation :
– l’un est consacré à la critique cinématographique, à l’attention des jeunes journalistes chargés de la rubrique  » Culture  » des rédactions de la presse écrite et audiovisuelle ;
– l’autre, concernant les techniques du cinéma d’animation, est destiné aux étudiants de l’Ecole des Beaux-Arts et aux jeunes intéressés par les nouvelles technologies.
Kaïna Cinéma a également conseillé la Confédération Internationale des Cinémas d’Art & Essai (CICAE) pour le recrutement de 10 stagiaires algériens dans le cadre de la formation  » Génération Grand Ecran 2006″ destinée à 35 professionnels de la diffusion de films sur grand écran des pays du bassin méditerranéen.
Pour 2007, deux projets sont en bonne voie de concrétisation :
– la création et la structuration d’un centre de ressources audiovisuelles basé à Alger, constituant la base d’un réseau national de ciné-clubs ;
– l’élargissement des lieux de formation avec, à Alger et Oran, l’initiation de stagiaires issus du secteur associatif et de l’enseignement à la réalisation documentaire ainsi qu’à l’animation d’espaces de diffusion cinématographique.
Nous sommes convaincus de la nécessité d’axer nos efforts prioritairement sur la mise en place d’actions pédagogiques d’accompagnement de la diffusion des films, par la transmission de la passion de voir, de montrer et de discuter du cinéma.
En travaillant à l’expérimentation puis l’adaptation de différents dispositifs d’éducation à l’image mis en œuvre notamment en France, nous cultivons ainsi l’espoir d’arriver progressivement à faire renaître la cinéphilie en Algérie.

Composition de l’association :
Président : Nassim Amaouche (réalisateur)
Trésorière : Nora Amrani (assistante audit financier)
Déléguée générale : Habiba Djahnine (réalisatrice et formatrice)
Membres actifs :
– à Paris : Mehdi Aït Kacimi (responsable de communication) ; Taos Aït Si Slimane (médiatrice culturelle) ; Karim Bensalah (réalisateur) ; Malek Bensmaïl (réalisateur) ; Souad El Bouhati (réalisatrice) ;Yann Goupil (responsable d’actions d’éducation à l’image) ; Hafida Hachem (assistante de direction) ; Mariem Hamidat (scénariste) ; Mohand Hettak (barman) ; Mohamed Latrèche (réalisateur, producteur et distributeur) ; Mustapha Latrèche (enseignant) ; Farid Mouhous (animateur socio-culturel) ; Hakim Zouhani (animateur socio-culturel)
– à Aix-en-Provence : Claude Lasnel (enseignant à la retraite)
– à Cannes : Abdelmadjid Djardali (projectionniste à la retraite)
– à Marseille : Bania Medjbar (réalisatrice et responsable associative)
– à Toulouse : Evelyne Mabilat (éducatrice)