Fiche Structure
Dapper (Musée, fondation, éditeur)
Arts de l’Afrique, des Caraïbes et de leurs diasporas à Paris
Adresse : Métro : Victor-Hugo / Ligne 2 35 rue Paul Valéry 75116 Paris
Pays concerné : France
Téléphone(s) : 01 45 00 91 75

Français

La Fondation
La Fondation Olfert Dapper – du nom d’un humaniste néerlandais du XVIIe siècle, auteur, sans jamais avoir quitté son pays, d’une encyclopédique Description de l’Afrique publiée en 1668 – a été créée en 1983, à Amsterdam, sous l’impulsion de Michel Leveau, son président.

L’objectif de cet organisme privé était d’aider, par l’organisation d’expositions et l’attribution de bourses de recherche, à la connaissance et à la préservation du patrimoine artistique de l’Afrique subsaharienne.

Le Musée
Depuis sa création en 1986, le musée Dapper a contribué à la connaissance des arts africains avec la conception de plus de quarante expositions. Par la rigueur de ses travaux et le soin apporté à la mise en espace des objets, le musée Dapper, qui organise une ou deux grandes expositions temporaires chaque année, est devenu l’un des principaux endroits à Paris où l’on peut admirer les exemples les plus accomplis de la sculpture africaine.

À la promotion des arts de l’Afrique s’ajoutent désormais tous les autres aspects culturels des diasporas issues du Continent noir.

Dispersés dans le monde par le drame de l’esclavage, des hommes et des femmes furent arrachés de leur terre d’Afrique. Ils n’avaient pour seuls bagages que leurs croyances et leurs rites. Ils ont dû s’adapter à leur nouvelle vie sur les plantations, lorsqu’ils ne s’enfuyaient pas.

Leurs descendants se sont forgé des règles de vie, gardant parfois le vague souvenir de celles de leurs ancêtres africains et puisant dans celles des Blancs, qui leur refusaient toute humanité. Ce sont des identités propres, souvent complexes, qui structurent les communautés des Amériques.

Par méconnaissance, on continue de confondre ces cultures, de les maintenir dans l’oubli, ou de n’y voir que des images d’exotisme.

Et pour ceux qui appartiennent, bon gré mal gré, à ces communautés, il est temps de revisiter le passé, de connaître puis d’accepter leur histoire afin de suivre la voie médiane, entre l’inconfort des deux extrêmes : vouloir trouver partout des traces de civilisations africaines, où il n’y a en a plus depuis longtemps ; ou, à l’inverse, nier avec force toute ascendance africaine.

Les sociétés africaines contemporaines, marquées par la colonisation, semblent, pour certaines d’entre elles, avoir oublié leurs mythes, leurs croyances, leur histoire, ou bien les ont enfouis au plus profond de leur mémoire.

Pourtant, venus d’Afrique, de la Caraïbe ou des États-Unis, chants, danses, arts du corps, fascinent au point que les artistes, Ies designers occidentaux, les ont largement assimilés. Dans bien d’autres domaines encore, l’écriture, la peinture, la sculpture, le théâtre, des œuvres s’élaborent, souvent avec peu de moyens et dans des conditions politiques difficiles.

Nous souhaitons qu’elles parviennent jusqu’à nous, qu’elles touchent un public généreux, prêt à les accepter : car elles expriment tout à la fois leur différence et leur dimension universelle.

Ouvert tous les jours de 11h à 19h
Fermé le mardi

Les éditions
Année de création : 1983
Diffuseur/Distributeur :
Vilo (France)
Nouvelle Diffusion (Belgique)
Office du Livre de Fribourg (Suisse)
Ulysse Diffusion (Canada)
Éditions Dapper (autres pays)

Domaines principaux
Livres d’arts africains – Romans

English

Open from 11am to 7pm
Closed on Tuesdays
Livres