William Kentridge : dessiner le passage

Documentaire de Maria Anna Tappeiner et Reinhard Wulf

Print Friendly, PDF & Email

Cela commence par une animation au fusain de Kentridge et la fascination prend tout de suite. Et ce film vise juste car il ne démarre pas par le contexte mais par l’homme, ce qui nous permet de comprendre, peu à peu, au fur et à mesure d’une démarche artistique expliquée à tâtons et coups de crayons, que cet art n’est pas un slogan mais part des tripes, de questions de fond que Kentridge doit résoudre et qui le conduisent naturellement à condamner le système de l’apartheid. Car ces animations au fusain – tout comme les pièces mises en scènes avec les marionnettes de la Hand String Puppet Company ont la gravité d’une réflexion angoissée sur l’homme et la société. Le film, donc, suit ce mouvement et lui laisse prendre son ampleur, témoin d’une démarche artistique d’une impressionnante qualité.

///Article N° : 2468

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire