Stop Dépigmentation : une campagne de sensibilisation lancée à Paris

Lire hors-ligne :

Le 20 décembre dernier, à Paris, l’association Esprit d’Ebène a lancé une campagne de sensibilisation contre la dépigmentation de la peau. Africultures a rencontré l’un de ses membres actifs, Mohamedy Yaffa, militant associatif et candidat aux dernières élections législatives dans le 17e circonscription de Paris. 

Qui est à l’origine de cette initiative ? Comment se sont mobilisées les forces ?
L’Association Esprit d’Ebene est à l’origine de cette nouvelle campagne « Stop Dépigmentation ». Le projet part du constat qu’aujourd’hui encore, nous observons que des femmes, des hommes, de tout âge et de toute catégorie socio-professionnelle ont recours à la dépigmentation artificielle de la peau. L’objectif est donc d’une part de sensibiliser les populations africaines, asiatiques et maghrébines de France des dangers liés à cette pratique et d’autres part, de mener à une prise de conscience que la beauté est plurielle. Etre « bien dans sa peau » passe par l’acceptation de soi.

Pour la mener à bien, nous avons mis en place une équipe projet composée de divers profils de personnes. Chacun ayant son rôle à jouer. Nous sommes tous habités par l’objectif de mettre en lumière ce phénomène.

Quelle est l’ampleur du phénomène aujourd’hui en France et quelles sont ses conséquences ?
Tout d’abord, il faut souligner qu’il n’existe pas de chiffres officiels liés à cette pratique. Néanmoins, la mairie de Paris estime qu’environ 20% des femmes d’origine africaine habitant la capitale utiliseraient des produits éclaircissants à base d’hydroquinone et de dermocorticoïdes.
Nous avons également, de notre côté, lancé une enquête en ligne pour tenter de récolter des données chiffrées. Sur près de 800 réponses reçues, 20% déclaraient se dépigmenter la peau; l’écrasante majorité étant des femmes entre 20 et 30 ans. Les conséquences de l’usage de certains produits éclaircissants peuvent être très graves : détériorations majeures de l’épiderme, acné sévère, vergétures, affinement de la peau… A moyen terme, des risques d’hypertension, de diabète, voire de cancer de la peau peuvent survenir.

Comment se fait-il que les autorités sanitaires françaises ne réagissent pas ?
Toutes les lotions, crèmes ou savons qui contiennent de l’hydroquinone ou des corticoïdes à forte concentration sont interdits en France et la loi française encadre strictement la composition de ces cosmétiques. Néanmoins, certains fournisseurs n’hésitent pas à la contourner en modifiant les informations inscrites sur l’emballage des produits. Les vendeurs dans les magasins, peuvent parfois présenter des rayons irréprochables aux yeux de la loi, tout en conservant un stock de produits beaucoup plus agressifs dans l’arrière boutique. Enfin, Internet constitue également un véritable vivier pour ses cosmétiques néfastes.
Une initiative a été lancée en 2009, par la mairie de Paris pour prévenir des dangers du blanchiment des peaux noires. 6000 affiches ont été placardées dans la capitale.

Comment avez vous monté cette opération d’affichage dans le métro ? Nous avons noué un partenariat avec la régie publicitaire MetroBus, filiale de Media Transports et spécialisée dans les transports en commun, notamment dans le métro parisien. En tant qu’entreprise responsable, elle a très vite accepté de nous recevoir et de nous soutenir dans cette aventure. Ainsi, depuis le 20 décembre, vous retrouvez notre campagne affichée dans les stations de métro parisien.

Quelle est la suite, comment peut-on se rendre utile ?
Des ateliers de proximité vont être mis en place afin de prendre le temps d’échanger avec le public cible sur les conséquences de la dépigmentation de la peau mais aussi et surtout l’acceptation de soi.
A l’issue de la campagne et grâce à tous les témoignages, retours, photos et chiffres récoltés, nous mettrons en place un forum événementiel. Il servira de point de départ d’un plaidoyer en faveur d’une meilleure représentation de toute la population française dans les médias, le milieu de la mode et instances représentatives. Des influenceurs se sont engagés à réaliser des vidéos traitant de la dépigmentation. Ces vidéos seront relayées sur tous Instagram, YouTube, Facebook, Périscope et Snapchat. Une campagne de crownfunding, mise au point avec l’aide de l’agence de communication Solicom servira à compléter le financement de cette campagne nationale et internationale. Vous pouvez vous rendre utile en relayant au plus grand nombre nos messages !

  • 162
  • 8
  •  
  •  
  •  
    170
    Partages

Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Un commentaire

Laisser un commentaire