Africultures : les mondes en relation

Le manifeste d'Africultures

Lire hors-ligne :

Devenue depuis la création de la revue Africultures en 1997 une véritable ruche de projets et diversifiant sa présence sur la toile, les objectifs de l’association Africultures restent les mêmes. On trouvera ici ce qui réunit cette équipe soudée et engagée, une sorte de manifeste des enjeux à l’œuvre.

« (…) il est grande barbarie à exiger d’une communauté d’immigrés qu’elle « s’intègre » à la communauté qui la reçoit. La créolisation n’est pas une fusion, elle requiert que chaque composante persiste, même alors qu’elle change déjà. L’intégration est un rêve centraliste et autocratique. (…) Un pays qui se créolise n’est pas un pays qui s’uniformise. (…)
La beauté d’un pays grandit de sa multiplicité. »

Edouard Glissant (1)

Editant en France une revue mensuelle avant de devenir trimestrielle, ainsi qu’une galaxie de sites internet et depuis 2007 le bimestriel gratuit Afriscope, l’association Africultures est née en 1997 d’une volonté d’inscrire comme contemporaines les expressions culturelles africaines, non au sens où elles seraient seulement le miroir de notre temps, auquel cas elles n’apporteraient rien de très nouveau, mais au sens où elles éclairent notre époque et notre avenir. Africultures s’attache ainsi à documenter et analyser une création contemporaine innovante et ouverte sur le monde contre les dérives universalistes qui ont fondé la hiérarchie raciale. Cela passe par la mise en valeur de l’apport de cette création dans la déconstruction des stéréotypes coloniaux qui nourrissent encore aujourd’hui les discriminations. L’enjeu est de contribuer à un monde où chacun doit être à égalité réelle de droits et de dignité, dans une appartenance commune à l’humanité.

Ni dans l’idéologie, ni dans le politique, nous défendons avant tout l’art et la création comme réponse, comme espace de dépassement dans le contexte de la société française. Et défendre une approche critique de la création d’Afrique et des diasporas, c’est affirmer la place et le pouvoir d’innovation. C’est sortir du décor et du folklore pour revenir à l’humain. La revue Africultures n’a cessé de mettre en crise la notion d’africanité et d’étudier la créolisation à l’œuvre dans le monde pour sortir des fixations identitaires. Complémentaire de cette démarche critique liée à la création artistique, le magazine Afriscope à partir de 2007 rend compte des bonnes pratiques et initiatives des associations, et suit de plus près l’actualité des expressions culturelles diasporiques, sans pour autant les enfermer dans le seul prisme de l’immigration.

En effet, l’enjeu de notre travail critique est bien de sortir de l’assignation identitaire de ces expressions artistiques à la notion d’étranger. C’est la racialisation qui fonde la subalternité des Noirs invisibilisés et des Arabes stigmatisés, et c’est elle qui rend centrale la question culturelle. Les différences physiques et de couleur de peau, si variées qu’elles sont incatégorisables, dénotent la diversité culturelle de cet ensemble que l’on dénomme nation française. Si identité il y a, c’est bien dans la prise en compte de cette diversité, dans toutes ses dimensions et notamment historique, c’est-à-dire aussi dans le récit national français. Il n’y a ni intrusion, ni effraction, ni invasion : il y a uniquement une Histoire commune. Pas d’uniformisation possible en matière d’humanité : la créolisation à l’œuvre dans toute société rend caduque toute ambition puriste et conservatiste de l’identité. Une identité vivante est toujours en devenir, en métamorphose.
Notre combat est bien là ! Que les imaginaires de cette diversité, et notamment ceux des expressions puisant dans les cultures africaines, soient suffisamment connus, reconnus et pris en compte pour participer de la richesse de la société qui se construit. Il n’y a pas d’étrangeté territoriale quand on s’intéresse à ce qui est déjà présent. Si étrangeté il y a, c’est à nous-mêmes, dans la diversité de nos composantes. Les vécus socio-culturels, notamment de la jeunesse, déconstruisent chaque jour les inégalités. Mais le discours médiatique, les pratiques économiques et les replis politiques électoralistes tendent à les raviver. Ils construisent des peurs qui débouchent sur tous les degrés de violence. Cette lutte reste donc essentielle et d’une brûlante actualité. Car l’enjeu est tout simplement de poser les conditions du vivre ensemble.

La prise en compte des imaginaires passe par l’observation des gestes et l’écoute des paroles des acteurs de la diversité. Nous nous attachons donc à éclairer ces expressions. Cet éclairage n’est pas un savoir en soi qui serait à gober mais une ouverture, une proposition, une contribution au débat que soulève toute prise de parole et tout geste artistique.
Nous cherchons à éviter la superficialité et la banale promotion pour enrichir, autant que faire se peut, la relation qui se bâtit entre les acteurs culturels et leur public. Ce sont donc des mondes en relation que nous cherchons à vulgariser et à approfondir, non dans un rapport d’étrangeté mais dans la solidarité du partage.
Au-delà du culturel, c’est ainsi toute la question de l’interculturel qui se pose dans un monde de diversité. « Le divers, écrit Edouard Glissant, ce n’est pas le melting-pot, c’est les différences qui se rencontrent, s’ajustent, s’opposent, s’accordent et produisent de l’imprévisible. »(2) Cette notion d’imprévisible nous est essentielle : ce n’est pas le moindre apport des expressions culturelles africaines qui puisent dans un vécu où, soumis aux vicissitudes, l’on n’a jamais su ce que sera le lendemain. Parce que les expressions culturelles africaines construisent l’espoir coûte que coûte, elles élaborent une positivité, voyant dans notre monde en crise, tant économique qu’écologique, non une angoisse à surmonter mais la nécessité d’élaborer de nouvelles manières de l’habiter ensemble. Et ce, en tissant davantage de collectif et de solidaire dans un nouvel humanisme qui fasse fi des hiérarchies entre les hommes, dans une adaptation et une réinvention permanente de nos relations.

La prise en compte et la valorisation de la diversité est une négociation permanente : elle est le résultat à la fois d’une volonté politique et des revendications des personnes discriminées. Mais être en relation, c’est aussi être humainement ensemble. C’est faire confiance en l’intelligence et la maturité des personnes concernées pour se défendre et s’organiser si elles sont soumises à des contraintes issues de leur histoire culturelle. C’est un processus complexe et qui demande du temps. Nous ne pensons donc pas qu’il faille imposer une pratique unique dans une société de diversité. Chacun doit rester libre de porter les signes qui le démarquent culturellement dans l’espace public. Il est clair qu’il ne faut pas négliger la force protectrice de la loi face aux pratiques condamnables, mais sans en faire un outil de stigmatisation. C’est ainsi que nous nous situons dans les débats qui agitent la société française : dans la prise en compte des spécificités, le respect des diversités et l’attention aux nouveaux modes du vivre ensemble qui en découlent. La diversité n’est pas un problème mais une solution concrète, un ferment pour une société : c’est notamment elle qui la fait bouger ! C’est dans cette positivité que nous nous inscrivons.

Il est clair que cette positivité n’est pas toujours immédiate : la confrontation des différences peut être malaisée et dérangeante. Elle demande à chacune, à chacun de sacrifier un petit bout de sa quiétude et d’accepter le trouble. L’Autre est un(e) alter ego, un(e) autre semblable : la reconnaissance de cette similitude ouvre à la solidarité. Mais il/elle est aussi un(e) Autre différent(e), avec une part irréductible que je ne comprendrai jamais, une opacité qui sera toujours une différence. Elle est un droit. Mais elle ne saurait déboucher sur des apartheids. C’est dans son acceptation et la valorisation de sa pertinence pour les personnes concernées que se situe aussi le travail de l’association Africultures.
Africultures s’est toujours attachée à ancrer son travail de réflexion dans les problématiques actuelles, tout en restant disponible à l’ouverture de perspectives nouvelles en phase avec l’évolution de notre société.
Africultures, c’est un projet de vie pour un avenir ensemble.

1. Traité du Tout-monde, poétique IV, Gallimard, 1997, p. 210.
2. Introduction à une poétique du divers, Gallimard 1996, rééd. 2006, p. 98.
///Article N° : 11783

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire