Afropolitaine, de Soraya Milla et Aline Angelo Milla

Print Friendly, PDF & Email

Entièrement autoproduite par le couple mère/fille Soraya Milla et Aline Angelo Milla, la web série Afropolitaine a débarqué sur Youtube en octobre 2020. On y découvre la vie des afro-français de Paris au travers de courts épisodes très drôles et bien rythmés. À découvrir sur Africultures

Tournée en février 2020, cette websérie de 10 épisodes de moins de 5 minutes chacun est diffusée sur la plateforme Youtube. Dans cette première saison on suit le quotidien d’Yvoire, une jeune femme afro-française jouée par Manda Touré (Braqueurs, Il a déjà tes yeux…) et de sa soeur Janice (Tracy Gotoas). L’une essaye tant bien que mal de jongler avec sa double culture tandis que l’autre est une afroféministe très engagée pour la cause noire et présidente d’une association Black Lives Matter. Les spectateurs sont alors plongés au coeur des problématiques quotidiennes que les protagonistes rencontrent en tant que femmes africaines en France, le tout abordé avec un humour décalé et de l’auto dérision.

« Déconstruire les clichés et reconstruire l’image de la femme africaine »

À l’heure où les productions américaines ou productions africaines sont ultra consommées par les communautés noires françaises en recherche de représentation, il est intéressant de voir enfin une proposition alternative dans le paysage culturel français: une série avec des personnages principaux afro français avec une intrigue en rapport avec cette double culture réalisée par des afro français. La série, tournée à Paris dans le quartier de Clignancourt, est notamment construite autour de l’univers de la coiffure. Les cheveux, qu’ils soient crépus, lisses ou frisés sont une des composantes importante de la vie culturelle africaine. « Le salon de coiffure, c’est le lieu incontournable de la femme noire, un lieu populaire où elle peut se connecter avec son africanité. Un endroit où elle peut renouer avec une ambiance convivial, qu’importe sa catégorie socioprofessionnelle »? explique la réalisatrice Aline Angelo Milla. « Il y avait donc une volonté de mettre en avant ce côté de notre culture » , ajoute-t-elle. Afropolitaine expose plusieurs autres aspects : la cuisine, la musique, la danse, les concours de beauté…

Soraya Milla et Aline Angelo-Milla, les autrices de la série Afropolitaine

D’entrée de jeu, on est aussi exposé aux sujets sensibles qui touchent la communauté afropéenne et particulièrement les femmes noires telles que le colorisme. Chaque épisode permet la destruction de certains clichés ou idées préconçues et pousse au débat, notamment autour des identités des femmes noires africaines en France. En opposant Yvoire, la « bounty » à sa soeur Janice qui est une fervente militante, les réalisatrices mettent en image ce sentiment de différence entre femmes noires que nombreuses afro françaises ressentent ou ont ressenti. Les réalisatrices rendent ainsi hommage à ces filles « en pleine recherche identitaire », déclare Soraya Milla.  « C’est aussi une façon de confronter deux manières de vivre sa double culture » ajoute-elle, et de montrer qu’elles ne sont pas incompatibles. Ainsi, les réalisatrices parviennent à faire passer des messages forts dans des épisodes de courtes durées.

« Le spectateur acteur »

Si les origines des personnages ne sont pas déterminées (originaires de l’Afrique de l’ouest), c’est pour permettre aux spectateurs de se projeter et de se reconnaître, justifient les autrices. Les comédiennes brisent régulièrement le 4ème mur en s’adressant à la caméra, un procédé de plus en plus populaire dans l’univers des séries notamment dans les séries britanniques Chewing Gum et Fleabag dont la production s’est inspirée. « Cela interpelle beaucoup plus les spectateurs qui se retrouvent happés », explique Soraya Milla. Le public afro français peuvent comprendre ces situations hilarantes et parfois moins drôles dans lesquels ils se sont sûrement déjà retrouvés. Nous pouvons espérer un format un peu plus long pour la saison 2. Concernant la saison 1, entièrement autoproduite, elle est à retrouver sur Africultures et très prochainement sur les chaines Vox Africa ou Bblack.

Mélissa Makaya

  • 35
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire