Appelle-Moi Poésie : la poésie 2.0

Lire hors-ligne :

À l’initiative de Catel Tomo, un poète passionné de 28 ans, le site Appelle-Moi Poésie propose de découvrir poètes et poèmes avec des vidéos, des brunchs ou encore des happenings dans la rue.

Des mots dansent sur une page, de l’encre coule dans des ouvrages. Les poètes leur donnent vie dans les rues de Paris, face caméra, sous la bannière : Appelle-Moi Poésie. « C’est le premier programme web francophone dédié à la poésie. Nous filmons et diffusons toutes les deux semaines des prestations de poètes », lance le fondateur Catel Tomo. Inspiré par Button Poetry, son aîné venant du pays de l’Oncle Sam, le nom du programme sonne comme une évidence
à la question : comment doit-on définir votre art ? « C’est une appellation pour éviter toute confusion », certifie le créateur du projet. L’idée fume dans la théière de ce jeune français de 28 ans d’origine camerounaise et se met en forme en juin 2014 au Marché de la poésie sur la place Saint-Sulpice à Paris.

Diffuser la poésie
« Je suis moi-même poète, j’écris de la poésie depuis une dizaine d’années. J’ai eu l’occasion d’être édité dans des revues, je me suis aperçu que ce qui me plaisait le plus était organiser des choses autour de la poésie et mettre des poètes que je trouvais talentueux en avant » décrit celui qui est aussi coordinateur socioculturel
à Paris. Ce concept original réunit déjà 20 poètes, 10 femmes, 10 hommes choisis par le fondateur au gré de ses rencontres, lors
de scènes ouvertes ou de ses lectures personnelles. « Une partie des artistes sont de jeunes poètes. Certains ont été édités une seule fois, ils ont moins de 30 ans… Nous cherchons à les faire émerger, on espère que le fait que leur vidéo soit vue 10 000 à 20 000 fois – ce qui est très rare dans la poésie- va leur permettre de se faire éditer ou d’être invité à des festivals. » D’autres sont déjà de grands noms de la poésie, à l’instar de l’éditeur et poète Bruno Doucey (lire
p.11), du poète-slameur-romancier Julien Delmaire (lire p.15) ou encore de Fred Griot ou de Deborah Heissler. Ils sont la touche
« crédibilité » pour Catel Tomo.
« Chaque poète nous propose trois à quatre de leurs textes. On en choisit un. Avec le réalisateur on regarde comment l’articuler, le mettre en images dans un lieu qui se marie avec la personnalité des poètes ». Les mots abritent une pensée, un état d’esprit. Ainsi Alain Kassanda, alias Apkass, a posé ses mots dans un décor bitumé, Simone Lagrand au coeur d’une forêt de bambou. Et pour continuer de rendre vivante la poésie, l’association travaille sur trois autres
projets : « Open poésie », des apéros-poétiques à domicile ; « Poésie Box », des happenings dans la rue et « Rappelle-moi poésie », des vidéos à la (re)découverte de poèmes célèbres entre micro-trottoir et explications par un poète ou un éditeur. Catel Tomo conclut : « La poésie ce sont des paroles en l’air, dans l’ère du temps,
qui permettent de dire le monde autrement. S’insurger c’est avoir le courage d’adopter un regard qui n’est pas conventionnel, donc la poésie, par définition, est une sorte d’insurrection ».

///Article N° : 12799

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article




Laisser un commentaire