Combien de solitudes…

(extrait)

Lire hors-ligne :

Cette nuit est descendue avec un sac d’étoiles sur son dos, un sac rempli à ras bord. Cling, cliiing. Ça a fait des cling et des cliiing en tombant à terre. Des cling et des cliiing qui se sont posés en Oh-oui sur les petites lèvres des femmes J’ai pris, aussi, ma part de cliiing, toute seule. Au moment de la passation de pouvoir entre le noir et le blanc, dans une étrange chorégraphie, nous étions quatre cent mille à nous baisser en même temps, à ramasser dans un même geste la dernière étoile. Je crois que j’ai rêvé. Les rêves sont des hommes au sexe fendu. Les rêves sont des docteurs qui disent : Tiens, bois. Les rêves sont des lettres jaunes. Ils déteignent sur les corps. Tout le monde a des jaunes accrochés à un porte-manteau. Jaune-ciel, jaune-brut, jaune-serré. Tout le monde est fait d&...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire