Recherche : Revue Africultures-98

Nombreuses furent les pratiques créatives des personnes réduites en esclavage. Forgées dans la rencontre et le contact, elles ont enrichi le monde culturel, artistique et littéraire; elles sont aujourd’hui des héritages vivants, des sources de créativité, de réinvention, d’inspiration. Elles disent l’exil, la mélancolie, le deuil, la joie, l’espoir. Voici étudiées ces créations et leurs évolutions.

Critique

À travers un panorama des littératures créoles, écrites et orales, des origines et aujourd’hui, cette présentation analyse les modalités selon lesquelles les textes produits en langues créoles problématisent les rapports…

Critique

Au risque de rappeler quelques évidences, je voudrais justifier l’intérêt que les linguistes et les responsables des politiques des langues peuvent porter à ces parlers très singuliers que sont les…

Je m’interroge depuis très longtemps, sur ce qu’Ernst Bloch, le philosophe allemand, appelait la question essentielle ou encore la question absolue : la question en soi du « nous « .

Sanglant et nu, de sang brûlé, nudité folle ; tandis que la mer se tait. Edouard Glissant C’est à l’instigation du pianiste classique Alexandre Tharaud que j’ai rencontré en 2003…

Chronique

Cette nuit est descendue avec un sac d’étoiles sur son dos, un sac rempli à ras bord. Cling, cliiing. Ça a fait des cling et des cliiing en tombant à…

1 2


Lumière sur 50 femmes et hommes, de 1900 à nous jours:

Aller soutenir ce projet bilingue avant le 1er juillet!