Discours introductif

Lire hors-ligne :

Au risque de rappeler quelques évidences, je voudrais justifier l’intérêt que les linguistes et les responsables des politiques des langues peuvent porter à ces parlers très singuliers que sont les créoles et relégitimer, chemin faisant, s’il en était besoin, le titre magnifique que Françoise Vergès a bien voulu, en l’empruntant à Aimé Césaire, donner au colloque qui nous réunit. Oui, les langues créoles (et il faut évidemment en parler au pluriel, car le créole parlé en Haïti n’est pas celui qui est parlé à la Réunion, et celui parlé en Guyane n’est pas celui qui est parlé à la Guadeloupe ou à la Martinique, qui diffèrent d’ailleurs entre eux), comportent historiquement des traits singuliers, qui les distinguent radicalement des autres langues parlé...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire