Corps, costumes et territoires dans Boesman et Léna

Print Friendly, PDF & Email

Avant la voix, avant le regard, avant le geste, c’est le corps du comédien qui interpelle nos regards et nos sens. Corps en scène, territoire délimité qui marque l’espace réel et l’espace poétique de ce qui va surgir devant nous et être raconté. Dans ce moment suspendu où l’incarnation va s’effectuer, le costume de scène constitue une écriture que nous déchiffrons sans peine et qui associée au jeu, accouche le personnage sous nos yeux de spectateurs-maïeuticiens. Le costume définit alors d’autres territoires: celui réel du corps vivant et celui imaginaire du personnage. La pièce Boesman et Léna 1 permet de comprendre de quelle façon le costume de scène agit sur nos propres réceptions et se constitue intercesseur idéal pour entrer dans le temps de la représentation.

« UNE RECHERCHE PERMANENTE SUR FOND D’ESPOIR ET DE DESESPOIR 2 »

Boesman et Léna est une pièce écrite par le sud-africain function verif_etape(){ if( document.log_review.afc_login.value == "" ){ alert('Vous devez saisir votre identifiant !'); document.log_review.afc_login.focus(); return false; } else if( document.log_review.afc_mdp.value == "" ){ alert('Vous devez entrer votre mot de passe !'); document.log_review.afc_mdp.focus(); return false; } }

Laisser un commentaire