Corps et truculence dramaturgique de Sony Labou Tansi à Koffi Kwahulé

Lire hors-ligne :

Notion ambivalente et mouvante, la truculence prend effet dans ces écritures de corps en chantier où farce et carnaval mettent à l’honneur le « bas corporel ». Dépassées par ces corps aux débordements incontrôlables, les écritures de Sony et Kwahulé laissent apparaître la béance du manque, l’abîme de l’Absent.

Sony Labou Tansi est l’aîné de Koffi Kwahulé. Le premier ...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire