Editorial

Musiques de résistance

Print Friendly, PDF & Email

« Allons danser le calenda
Avant que le calenda ne finisse
Quand la liberté viendra
Il n’y aura plus de calenda »

chant d’esclave martiniquais
espérant la libération
au temps de la Révolution française

Approfondir les sources africaines des musiques caribéennes n’est pas neutre en ces temps de commémoration : il s’agit d’affirmer que le métissage célébré dans l’anniversaire de l’abolition de l’esclavage n’est pas un potage mais une salade ! Vieux refrain égrené dans chacun de nos dossiers : les mélanges identitaires ne sont réducteurs que lorsqu’ils reviennent à une assimilation à un modèle unique. L’esclavage le fut, bien sûr, mais lorsque les Noirs, après avoir trimé toute une journée, trouvaient encore, à l’étonnement de tous, l’énergie de danser sur leurs rythmes, ce n’était pas seulement une récréation mais aussi une re-création : la danse était une parole, un langage, pour exprimer aussi bien ses ressentiments contre le monde abject de l’oppression que la vitalité de sa culture, son refus de s’en laisser dépouiller.
En ce sens, la danse et sa musique étaient une résistance pour la liberté, au même titre que les révoltes, le poison, le suicide, l’avortement, le mensonge, la flatterie, la raillerie, les contes, les chants, le marronnage… Les nègres on aussi marronné dans la danse.
Ces musiques n’ont rien perdu de cette force, au point de faire danser le monde entier. Le retour aux sources opéré aujourd’hui n’est ni passéiste ni intégriste ; il ouvre au contraire à une affirmation vitale : le métissage a du bon quand il s’agit de s’enrichir de la culture de chacun.
Nous quittons pour quelques numéros notre démarche transversale en centrant notre dossier sur une discipline artistique, non sans élargir au thème nos pages actualité. Il s’agit d’honorer par un travail de recherche les partenariats développés avec les festivals qui nous semblent aujourd’hui faire réellement progresser la connaissance des cultures africaines.
Un mot encore : si Cuba est absente de ce dossier, c’est que nous y reviendrons le mois prochain.

///Article N° : 372

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire