Elf, la Pompe d’Afrique, un  » documentaire théâtral  » explosif

Print Friendly, PDF & Email

En 2003, le comédien français Nicolas Lambert assiste au procès de la compagnie pétrolière Elf qui s’est déroulé durant quatre mois au palais de justice de Paris. Dans le box des accusés : trente-sept prévenus dont MM. Loïk Le Floch-Prigent (ex-PDG), Alfred Sirven (ex-directeur des affaires générales de la compagnie) et André Tarallo (ex-  » M. Afrique  » d’Elf). L’affaire officiellement jugée ? Les abus de biens sociaux commis au détriment de la compagnie pétrolière durant les quatre années de la présidence de Loïk Le Floch Prigent, de 1989 à 1993.
 » S’il n’est pas physiquement présent dans la salle d’audience, c’est bien le pouvoir politique qui comparaît devant la Justice, écrit Nicolas Lambert. Même si ces représentants officiels, élus, sont absents, l’Etat français doit répondre ici de son fonctionnement, de ses financements, d’une façon de diriger sa politique. Les pays d’Afrique apparaissent au fil des audiences comme un moyen au service de la République. Ce qui semblait n’être qu’une société d’exploitation d’hydrocarbures se révèle être le bras séculier d’enjeux occultes au service d’une ‘certaine idée de la France’ « .
En 2004, Nicolas Lambert présente sur les planches d’un théâtre parisien une création écrite et interprétée par lui-même : Elf, la Pompe Afrique, lecture d’un procès, 2h30 de parole entrecoupées uniquement de quelques intermèdes musicaux. Le succès est immédiat. La critique comme le public loue une  » œuvre de salut public « . Le quotidien Le Monde lui offre sa une, Daniel Mermet sur France Inter deux émissions de Là bas si j’y suis (1). Deux ans et une centaine de représentations plus tard, le spectacle est en passe de devenir un véritable phénomène citoyen. Il est actuellement joué aux quatre coins de la France et affiche souvent complet. La grande prouesse de Nicolas Lambert est d’avoir su créer un spectacle à la fois pédagogique, politique et militant sans rien renier de fortes exigences artistiques. En attendant, espère-t-on, de voir la pièce en Afrique, le texte de Elf, la Pompe Afrique vient de paraître en librairie (2).

Notes
1. Pour retrouver la revue de presse, les émissions de radio, les informations sur le spectacle et les dates de la tournée en France en 2006, voir le site web : unpasdecote.org
2. Editions Tribord, Bruxelles. Le livre est préfacé par François-Xavier Verschave et se termine par la Déclaration de Paris portée en France notamment par Eva Joly. Un CD accompagne l’ouvrage comportant les deux émissions Là-bas si j’y suis ainsi qu’un morceau signé Fréquences Ephémères.
///Article N° : 4318

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire