Événements

Afrika Filmfestival 2008
13ème édition

Français

Cette année, l’AFF connaitra sa treizième édition. Comme à ses débuts en 1996 lors de « Carrément pour l’Afrique », le festival aura tradion­nellement surtout lieu à Louvain, mais depuis se sont ajoutées plu­sieurs villes et communes de la province du Bra­bant flamand ét Bruxelles. Une nouveauté : le circuit de l’AFF s’éten­dra pour la première fois à Gand et à Maasme­che­len.

Un livre sur l’afrique centrale & L’afrique centrale sur dvd
Depuis des années, l’Aff est un partenaire important dans la promotion des films de l’Afrique Centrale. 2008 ne sera pas différent, avec deux moments culminants.

Le samedi 12 avril, les locaux du Centre Culturel 30cc seront entièrement placés sous le signe du Congo. Durant toute la journée, des films congolais y seront présentés et commentés par des ora­teurs connus et experts en la matière.

Le deuxième point culminant sera la présentation du nouveau livre de Guido Convents, « Images et paix »
, qui aura lieu le 19 avril dans les locaux de la Bibliothèque de Louvain. Un ouvra­ge de référence, de 600 pages, sur l’histoire du cinéma au Ruanda et Burundi. Suivant la parution, il y a deux ans, du livre « Images et démocratie » sur l’histoire du cinéma au Congo, la région des Grands Lacs est ainsi entièrement réper­toriée. La présentation du livre sera suivie par les films en première « Munyurangabo » (Lee Isaac Chung) et « Shake hands with the Devil » (Roger Spottiswoode).

En collaboration avec Africalia en le Festival Afrique Taille XL, le festival éditera aussi un Dvd avec des films provenant de l’Afrique Centrale, également présenté ce même jour.

Ouverture et cloture : « Ezra » et « Faro »
L’aff à bozar

Le 11/04 à Louvain, L’aff ouvrira avec « ezra » du nigérian Newton Aduaka, un film thriller et d’action passionnant, dans lequel les enfants soldats sont au centre. Mais un jour aupa­ra­vant, le 10/04, nous présenterons le film à Bozar à Bruxel­les. Ce qui constitue une première pour un film afri­cain.

Le 26 avril, aura lieu le film de clôture, « Faro, la reine des eaux » de Salif Traoré du Mali, un drame en milieu rural où le conflit entre la tradition et la modernité est à l’ordre du jour.
Leuven: Kinepolis, Cinema Zed, ACW-gebouw

A bruxelles:
Horloge du sud
Rue du Trone 141, 1050 Bruxelles

en collaboration avec GSARA asbl
Production films: Gsara / Media Centre Dakar
http://www.gsara.be/
www.horlogedusud.be
Mercredi 2 avril à 20 h
en présence de Pierre-Yves Vandeweerd (Gsara)

Oumy et moi – Adams Sie, Senegal, 26 min

‘Oumy est une jeune fille albinos. C’est en me rapprochant d’elle et en passant du temps ensemble que j’ai compris qui elle était. Depuis lors, nous sommes devenus des amis proches. Grâce à elle, j’ai changé mon regard sur les gens.’ (Adam Sie)

La breche – Abdoul Aziz Cisse 26 min

A Saint-Louis, ville implantée au milieu du delta du fleuve Sénégal, il est de coutume à la naissance d’un enfant de faire des offrandes aux génies aquatiques. Ceci témoigne de la force de la symbolique de l’eau dans l’imaginaire des habitants qui lui consacrent des rituels et des cérémonies rythmant leur vie quotidienne.
Depuis le début des années 1980, l’aménagement d’infrastructures pour une plus grande maîtrise de l’eau met en péril le cadre écologique du delta. En conséquence, les populations développent un sentiment grandissant de menace sur leur environnement et leur culture.

Patchwork – Njakhass – Oumy Ndour 26 min
Idrissa Mbaye et Fa Ndiaye, son épouse, habitent à Saint-Louis du Sénégal. Ils règnent ensemble sur une maisonnée d’une trentaine de personnes qui vivent toutes selon les préceptes Baye Fall. Le Baye Fallisme est un culte musulman dérivé du mouridisme. Il est basé sur le travail et fortement ancré dans la culture sénégalaise.
Au travers du quotidien de cette famille, le film va à la découverte de la pensée et de la manière de vivre des Baye Fall.

Thiam B.B. – Adams Sie 26 min
La plupart des murs des maisons de Saint-Louis sont recouverts de peintures figurant le maître de la confrérie mouride, Amadou Bamba. Ces fresques sont aussi présentes sur les drapeaux des bateaux, sur les calèches, sur certains vêtements, sur les devantures des boutiques, dans les chambres à coucher. La plupart d’entre elles sont signées Thiam B. B.
Ce film est une immersion dans la pensée mouride au travers de ces peintures, de la rencontre avec Thiam, peintre vagabond et mystique, ainsi qu’avec les habitants de plusieurs maisons de Saint-Louis.