Événements

Festival Déchaîné
Le « Festival Déchaîné » qui se tiendra les 3, 4 et 5 juin 2010 au centre culturel La Clef à Paris, met en avant les cultures de la Diaspora noire, de l’Afrique aux Amériques, en privilégiant des aspects méconnus avec documentaires, concerts et débats.

Français

Programmation :

JEUDI 3 juin

> 18H30 : Projection

« Les routes des esclaves : une vision mondiale »
Documentaire de Georges Collinet 57′, 2010

Ce film produit par le projet La Route de l’esclave de l’UNESCO présente la diversité des histoires et des patrimoines issus de la traite négrière et de l’esclavage et donne un aperçu de la déportation massive des populations africaines vers différentes parties du monde : Amériques, Océan indien, Moyen-Orient et Asie. Son objectif est de démontrer la nécessité du devoir de mémoire, condition préalable à la construction de nouvelles identités et citoyennetés.

Avec l’intervention d’Ali Moussa Iya, chef de la section Dialogue interculturel à l’UNESCO (sous réserve)

> 20H : Pot d’inauguration du festival

> 20H45 : Concert performance
Kora sénégalaise et Malambo Argentin
Sambou Kouyaté, Fermin Juarez
Rencontre originale et exceptionnelle entre la magie planante de la kora du griot mandingue sénégalais Sambou kouyaté et la rythmique virile du danseur de malambo Fermin Juarez, une danse héritée des esclaves et développée par les gauchos en Argentine.

> 21H30 : Projection

« Stambali »
Documentaire de Nawfel Saheb-Ettabaa, 52′ (Tunisie, 1999)


Stambali est un rituel religieux qui se déroule en Tunisie, un voyage au rythme des « gombri » et « chkackek », conduisant à une hypnose individuelle et collective. C’est un hommage annuel que les disciples de Sidi Saad rendent à leur maître durant un voyage d’initiation et un rite de purification qui dure trois jours.

Diaporama de l’exposition photographique « Gnawa, Tradition et Création du Sacré et du Profane » d’Augustin Le Gall

Présentation et débat avec le photographe, Emmanuelle Honorin (journaliste spécialiste des musiques du monde au magazine Géo ayant travaillé sur les cultes de possession et particulièrement sur les problématiques du passage du rituel au spectacle lié à la confrérie des Gnawa) et Zineb Majdouli auteure de « Trajectoires des musiciens Gnawa : approche ethnographique des cérémonies domestiques et des scènes de Musiques du monde, »


VENDREDI 4 juin

> 18H30 : Projection

« O Atlântico Negro : na rota dos Orixas » documentaire de Renato Barbieri, 75′ (Brésil, 1998)

« Na rota dos Orixas » (Sur la route des Orixas) explore l’héritage africain dans la religiosité brésilienne, et part en Afrique à la recherche des racines de la culture « jeje-nago » qui a donné le candomblé au Brésil. Tout en montrant la valorisation du patrimoine culturel africain par les afro-brésiliens, le film y joue lui-même un rôle, notamment en facilitant l’échange de vidéos entre chefs religieux africains et brésiliens. Il fait un détour fascinant chez les’agoudas’ ou descendants d’esclaves brésiliens’retournés’ en Afrique.

Le film a été primé au 31ème Festival du Cinéma Brésilien à Brasilia et a été diffusé lors de la Journée nationale de la conscience noire.

> 19H45 : Intervention de Christine Douxami, ethnologue, sur l’identité afro-brésilienne et les échanges transatlantiques.

> 20H45 : Projection

« Marching Bands »
Documentaire de Claude Miller, Héléna Cotinier et Pierre-Nicolas Durand, 1h35′ (Etats-Unis, 2009)


Porté par l’extraordinaire énergie des marching bands, les fanfares des universités aux Etats-Unis, ce film dresse un portrait de la jeunesse américaine à la veille de l’élection d’Obama.

Avec l’intervention du réalisateur Pierre-Nicolas Durand.



SAMEDI 5 juin


> 14H : Projection

« Noirs, l’identité au cœur de la question noire »
Documentaire d’Arnaud Ngatcha, réalisé par Jérôme Sesquin, 60′ (2006)


Mené sous la forme d’une enquête ponctuée d’images d’archives, « Noirs… » retrace les différents épisodes historiques qui ont lié la France à la communauté noire, afin de comprendre l’impact de l’esclavage, de la colonisation et de l’immigration africaine sur la construction identitaire des Noirs ainsi que sur leur représentation dans la société française. Un documentaire s’appuyant sur de nombreux témoignages d’historiens, d’anonymes et de personnalités parmi lesquelles Maryse Condé, Christiane Taubira, Disiz La Peste, Gaston Kelman ou encore Aimé Césaire.


Débat avec le réalisateur Arnaud Ngatcha, en présence d’Hélène Faussart, chanteuse des Nubians et Thibault De Longeville, réalisateur spécialiste de la culture hip-hop.

> 17H00 : Projection

« La promesa » Documentaire de Patricia Guyotte, 10′ (France, 2009)


Trois des enfants d’Amador Ballumbrosio nous racontent comment leur père est devenu une légende de la musique et de la danse afro-péruvienne.

« Voces del callejón. Ser afro-peruano en Lima » Documentaire de Sophie Bonnin, 52′ (Pérou, 2009).

« Voces del Callejón » est un voyage à travers la vie de Cata, Charo, Peta et Roberto, qui forment le groupe afro-péruvien Milenio. Dans ce parcours, les quatre musiciens nous permettent de connaître leur quartier, partager leur passé et leur vie quotidienne dans la capitale du Pérou.
À travers la création musicale du Milenio, nous découvrons une lutte pour l’identité afro-péruvienne, ses richesses et ses valeurs.
Avec l’intervention des réalisatrices Patricia Guyotte et Sophie Bonnin.

> 18H15 : Intervention de Suzanne Lapstun, chargée de cours sur le théâtre andin, sur la présence africaine dans l’imaginaire des peuples andins.


SAMEDI 5 juin


> 18h45 : Cocktail de bienvenue

> 19H30 : Projection

« Errance »
court métrage, fiction de Nouri Bouzid, 13′ (Algérie-2009) avec Sotigui Kouyaté.


L’Afrique vue, revue et corrigée,comme on corrige un enfant qui multiplie les bêtises…
L’Afrique, de Sotigui Kouyaté, éternel griot, errant sur cette terre noire, avec pour seul bagage sa sagesse ancestrale, qui se heurte à l’ordre établi.


« Les marginaux de Nouri Bouzid »
Documentaire de Farah Khadhar, 18′ (Tunisie)


Ce documentaire démarre sur la place des minorités et des marginaux dans l’oeuvre cinématographique du réalisateur tunisien Nouri Bouzid.
Il est axé sur l’analyse de son dernier court-métrage Errance où se dégage une autre vision du Noir entre étrangeté et sagesse.

> 20H15 : Intervention du réalisateur Nouri Bouzid et de Farah Khadhar


> 20H45 : Buffet « Saveurs du Maghreb »
Restaurant « La Table de Samia »



CONCERTS

> 21H45 : Concert Afro Péruvien
Chinchivi, Alameda, Asociación Afro Perú

Landó, zamacueca, festejo, zapateo, le groupe Chinchivi, Alameda et l’association AfroPerú réunis pour ce concert exceptionnel vous emmènent découvrir les rythmes et airs afropéruviens issus du métissage africain, espagnol et indien de la côte péruvienne. Esclavage, discrimination et culture afropéruvienne sont les thématiques de leur répertoire traditionnel, contemporain ainsi que de leurs compositions originales.

http://www.myspace.com/grupochinchivi
http://www.myspace.com/grupoalameda



> 22H30 : Concert Gospel
Mister Blaiz
Voyage dans l’univers du Gospel, chant d’espoir né de l’esclavage aux Etats-Unis, avec le chanteur et professeur baryton Mister Blaiz.




EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE



« Gnawa, Tradition et Création du Sacré et du Profane »
d’Augustin Le Gall

Dans tout le Maghreb, un culte des génies s’est répandu par la route des esclaves de la communauté noire venus d’Afrique Sub- Saharienne. Il témoigne de l’histoire de ces peuples et de ses pratiques thérapeutiques et de la richesse de cette tradition aujourd’hui en pleine mutation.
Un pied dans le monde du sacré, une corde dans le monde du profane; sur scène pour parfois présenter une forme de représentation, souvent dans un travail musical artistique où les traditions rejoignent la création. La frontière est mince et perméable.
La musique lie ces deux mondes qui s’articulent au quotidien.


« GNAWA » pose une réflexion sur une pratique musicale qui puise son origine dans le sacré et qui évolue aujourd’hui dans l’univers culturel et artistique.

Site web : www.projetgnawa.com