Événements

Foire Internationale des Arts Derniers : « Les Afriques 2 »
La Foire Internationale des Arts Derniers est un voyage original dans la création contemporaine réunissant les oeuvres d’artistes renommés avec pour thèmes : Les Afriques 2. 21 artistes, peintres, dessinateurs, photographes, vidéastes, sculpteurs,

Français

Cet événement s’inscrit dans la continuité de la démarche amorcée avec la première édition de la Foire Internationale des Arts Derniers, Les Afriques : offrir une autre vision de la création africaine, actuellement en plein renouveau

Le MUSÉE DES ARTS DERNIERS présente la seconde édition de la FIAD Foire Internationale des Arts Derniers , Les Afriques 2 du 13 octobre au 31 décembre 2005.
Cet événement s’inscrit dans la continuité de la démarche amorcée par le Musée des Arts Derniers avec la première édition de la FIAD : offrir une scène à la création contemporaine africaine.
La seconde Foire Internationale des Arts Derniers rassemble 21 artistes contemporains réunis par leurs échanges interculturels, 7 artistes occidentaux ayant séjourné et travaillé en Afrique et 14 artistes africains dont 6 vivant sur le continent européen.

21 artistes, peintres, dessinateurs, photographes, vidéastes, sculpteurs, Bruce Clarke et son engagement politique porté par des figures anomymes, N’doye Douts et le brouhaha tohu-bohu du « train train médina », Soly Cissé et ses créatures d’un « Monde Perdu », Di Rosa et sa vision transfigurée de l’enfance, Sultan et ses « Pièces à conviction », Malick Sidibé et Martial Verdier ou le temps suspendu en noir et blanc, Barthélémy Toguo entre humour, provocation et dénonciation.
Le but de cette manifestation est de donner à voir l’écriture de chaque artiste comme témoin d’un travail et d’une recherche sur la matière, la lumière les formes, le son. A chaque artiste, à chaque oeuvre, une histoire singulière.

Les Artistes

Fanizani AKUDA, 1932, Zambie, Vit et traville à Harare
ASTON, 1964, Bénin, Vit et travaille à Cotonou
Berry BICKLE, 1959, Zimbabwe, vit et travaille à Maputo
Joe BIG–BIG, 1961, Ghana, vit et travaille à Toulouse
Soly CISSÉ, 1969, Sénégal, vit et travaille à Dakar
CHRISTOPHE, 1961, France, Vit et travaille à Paris
Bruce CLARKE, 1959, Londres, Vit et travaille à Paris
Charly D’ALMEIDA, 1968, Bénin, Vit et travaille Orléans/Cotonou
Richard DI ROSA, 1963, France, Vit et travaille à Paris
N’doye DOUTS, 1973, Sénégal, Vit et travaille à Dakar
KISITO, 1975, Togo, Vit et travaille à Paris
Monique LE HOUELLEUR, Vietnam, Vit et travaille à Abidjan/Paris
Colleen MADAMOMBE, 1964, Zimbabwe, Vit et travaille à Harare
Vincent MICHEA, 1963, France, Vit et travaille à Paris
Afi NAYO, 1969, Togo, Vit et travaille à Paris
Malick SIDIBÉ, 1936, Mali, Vit et travaille à Bamako
SULTAN, 1964, France, Vit et travaille à Paris
Barthélémy TOGUO, 1967, Cameroun, Vit et travaille à Paris/Banjoun
ZEPHANIA TSHUMA, 1932 – 2000, Zimbabwe
MARTIAL VERDIER, 1960, France, Vit et trvaille à Paris
OLGA YAMEOGO, 1966, Burkina Faso, Vit et travaille à Toulouse

Autour de l’exposition
Le jeudi 13 octobre 2005
Rencontre avec les artistes de la FIAD 2005

le jeudi 8 decembre 2005 – 19H30
Le passé colonial ressurgit dans l’actualité des relations entre les ex-colonies et leurs anciennes métropoles. Alors que la conquête et administration coloniale sont remises à l’ordre du jour pour instruire un procès virtuel de la colonisation, comment appréhender les conséquences actuelles de ce drame historique de manière constructive et sensible ? Le projet BROKEN MEMORY souhaite contribuer à ce débat en plaçant délibérément la polémique à la fois sur un plan artistique et scientifique. Il a pour point d’orgue une exposition d’art contemporain itinérante qui fera dialoguer les artistes autour du thème de la spoliation des biens culturels. Le projet est accompagné d’un programme scientifique collectant informations et témoignages liés à l’itinéraire symbolique des objets pillés. Les oeuvres présentées dans l’exposition feront écho aux objets dérobés au cours de la période coloniale ou aux pillages contemporains. Il s’agit d’analyser en quoi l’histoire de ces objets-butins nous éclaire quant aux relations actuelles liant les sociétés occidentales à leurs anciennes colonies. Quelles traces ces événements ont-ils laissé dans les imaginaires ? Et comment envisager le rôle des artistes dans ce travail de mémoire ?
Cette conférence-débat fait partie d’un cycle organisé au Musée des Arts Derniers en partenariat avec Jacumo&Nawao. Le projet BROKEN MEMORY est coordonné par Bernard Müller.