Événements

ADY GASY au Festival Hot Docs
Première américaine du film ADY GASY au festival HOT DOCS en présence du réalisateur Toronto

Français

"Les Chinois fabriquent les objets, les Malgaches les réparent." Il y a ceux qui font des chaussures à partir de pneus, ceux qui fabriquent des lampes à partir de boîtes de lait condensé sucré, ceux qui transforment en médicaments et savon les os de zébus laissés par les chiens errants. Imaginons un instant un futur où le système économique viendrait à lâcher : ceux qui tomberaient de haut auraient peut-être du mal à se relever, tandis qu’à Madagascar, on saurait s’adapter grâce à ce sens de la débrouille, le « ADY GASY ».

Nos ancêtres disaient :  « Comme on lance un lasso aux cornes des zébus, on lance la parole aux cœurs des gens sensés ».

Telle est l’ambition démesurée de ce film, vous restituer la parole de notre grande terre peuplée de rochers, de zébus et d’ancêtres bienveillants ; peuplée aussi d’artistes, de paysans, et de débrouillards en tout genre.

Cette parole, qu’elle explique les gestes ou les âmes, est toujours digne, souvent enjouée ou cocasse, parfois désemparée ou révoltée, mais jamais amère.

English

“The Chinese make things, the Malagasy fix them.”



Just for the time of a film, let’s have fun reversing roles…



Let’s imagine it isn’t for the economists anymore to demonstrate their growth model, but for the farmers, artists, craftsmen, and streetwise venders of all kind to showcase their skills. There are those who recycle tires into shoes, those who make lamps from sweetened condensed milk cans, those who transform zebu bones that were left by the stray dogs into soap and medication.



Welcome to Madagascar, the island where we prefer proverbs and picturesque speech rather than graphics and equations.



Confronted with adversity and daily struggles, the Malagasy way of life is a mix of inventiveness, music, joie de vivre, fraternity, and above all, a sense of creative recycling. These are the keys to ADY GASY!