Événements

Festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand 2006
28e édition

Français

– les courts britanniques à l’honneur – la programmation Afrique – le 21e marché du film court du 28 janvier au 3 février

Abordant tous les genres du court métrage, un panorama d’une quarantaine de films courts britanniques réalisés ces 15 dernières années permettra aux quelque 130 000 spectateurs du festival de découvrir tous les aspects d’une production extrêmement créative, souvent récompensée à Clermont.

*Compétition*
Depuis plusieurs années, le festival, premier rendez-vous mondial du genre, propose trois compétitions (internationale, labo, nationale) ouvertes à tous les supports (argentique et numérique) comme à tous les genres (fiction, animation, documentaire, expérimental…), pour rendre compte au plus près de la diversité et de la vitalité du cinéma de court métrage.

> National
A noter que le comité de sélection du festival a constaté cette année une nette progression du numérique dans la réalisation des films courts. S’agissant de la seule compétition française, 1219 films ont été inscrits (1060 en 2005), dont 350 sur pellicule et 869 en video.
70 courts métrages ont été retenus, dont un tiers en vidéo.

> International
La sélection internationale est encore en cours. Entre 40 et 50 pays sont en général représentés et environ 70 films retenus.

> Labo
Les disciplines artistiques liées à l’image en mouvement éclatent aujourd’hui en un archipel de formes, de styles et de tendances. Cette multiplicité contemporaine, qui n’hésite d’ailleurs pas à se réapproprier des supports qu’on pensait obsolètes comme le Super 8, est le creuset de frictions et courts-circuits générateurs d’énergies nouvelles. La compétition Labo est une invitation au voyage dans cet archipel. Elle propose quelque 50 films venus du monde entier.

*Rétrospectives et autres programmes spéciaux*

> Royaume-Uni
Hors compétition, c’est le court métrage contemporain britannique qui sera particulièrement à l’honneur de cette 28e édition, avec un panorama d’une quarantaine de films réalisés ces quinze dernières années.

> Louis-Lumière
Certainement l’une des plus anciennes écoles de cinéma au monde, l’école Louis-Lumière nous fait l’honneur et l’amitié de venir fêter son 80e anniversaire à Clermont, avec une quinzaine de films et beaucoup de surprises…

> Jean Giono
Un hommage sera rendu à Jean Giono, avec un programme de films écrits par l’écrivain ou tournant autour de son œuvre.

> Jens Jonsson
Il est sur le point de réaliser son premier long métrage, après plusieurs courts très remarqués : le cinéaste suédois Jens Jonsson sera l’un des invités d’honneur du festival, qui proposera l’intégrale de sa (jeune) filmographie.
> clips
La section « clips » fait désormais partie des plaisirs clermontois : deux programmes de créations musicales, éclectiques et surprenantes, seront à découvrir.
docu animé C’est un phénomène que les habitués de Clermont-Ferrand ont pu voir émerger depuis peu : le documentaire s’empare des techniques du cinéma d’animation : le point en images sur le « docu animé ».

> Noël
Les courtmétragistes ont-ils encore un pied en enfance ? Trois programmes de films, récents ou anciens, feront scintiller l’image, tout sauf sereine, de Noël dans le film court.
Les films sauvages Une carte blanche sera donnée à la production ayant emporté le prix Procirep en 2005 à Clermont : la société Les Films Sauvages proposera un florilège de ses films.

**et aussi…

> Europe en courts
10 Courts métrages d’Europe de l’Est, présentés par la Coordination européenne des Festivals de Cinéma, avec le soutien du programme MÉDIA.

> Films en région
Courts métrages récents aidés par les régions dans lesquelles ils ont été tournés.

> Regards d’afrique
Courts métrages africains francophones.

> Distributeurs
Une sélection des derniers programmes de courts métrages ayant connu une diffusion commerciale dans l’année.

> Scolaires
Des études de scénarios, un programme de courts et des rencontres avec les réalisateurs.
Enfants différents programmes spéciaux pour les enfants, dont un programme spécial Europe en Courts.

*Rétrospective britannique*
L’occasion de retrouver quelques savoureux classiques associés à de grands noms du cinéma comme The Wrong Trousers (1), de Nick Park, acte de naissance des aventures de Wallace et Gromit, le croustillant et indémodable A Sense of History (2), de Mike Leigh, ou encore le merveilleux Streets of Crocodile, issu de l’imaginaire surréaliste et foisonnant des frères Quay.
Ce sera surtout une chance unique de voir des œuvres remarquables, de véritables petits joyaux comme seul en réserve le format court, pleins d’humour (voir les très brefs Tea ou Hide), d’excentricité (A Heap of Trouble ne manquera pas de provoquer chez certains spectateurs mâles une irrépressible envie de… chanter, sans pour autant tout dévoiler) ou d’une véritable grâce (le très beau Body Remember, mise en images d’un poème de Constantin Cavafy qui explore la mémoire, ou le sublime et délectable A Love Supreme, qui élève au plus haut rang l’art de transmettre les choses simples, celles qui donnent leur goût à la vie, à travers quelques gestes).
On retrouvera aussi de grands artistes du court, dont le travail est largement reconnu internationalement, tels que Phil Mulloy (avec l’implacable The Chain), John Smith (avec Blight, inédit à Clermont-Ferrand) Miranda Pennell (qui participera aussi jury Labo) ou Chris Cunningham (connu pour ses clips de Björk, Aphex Twin, etc.). Enfin les jeunes festivaliers pourront se familiariser avec l’univers, le langage et les visages de ceux qui représentent déjà une nouvelle génération au service de la créativité et de la diversité du cinéma britannique (Duane Hopkins, Marc Craste, John Hardwick…).
La thématique britannique s’étendra à d’autres parties de la programmation du festival : le programme « Enfants », qui est vu chaque année par quelque 4500 cinéphiles en herbe, sera composé exclusivement de films pour enfants réalisés outre-Manche ; Quant aux aficionados du clip, genre particulièrement créatif où l’art du court devient complice des musiques actuelles, ils pourront decouvrir un programme intégralement « made in UK » consacré à l’excellent label Domino (Franz Ferdinand, The Kills. etc.).
(1) = Prix du Public, Clermont-Ferrand 1994 (2) = Prix du Public, Clermont-Ferrand 1993

*Jens Jonsson*
Jens Jonsson est né en 1974 en Suède, à Umeå. Sa carrière artistique commence par des études de design et d’illustration à la Konstfack de Stockholm. Ses bandes dessinées sont publiées dans des magazines et lui valent un emploi de dessinateur de story-board. Il a alors la possibilité d’assister les réalisateurs sur les tournages, rôle qui ne lui convient pas.
Stefanja 1:3, son film de fin d’études, lui vaut une bourse au Festival du Film de Stockholm, ce qui lui permet de terminer L’Exécution et lance sa carrière de réalisateur. Une fois diplômé du Dramatiska Institutet, Jens Jonsson passe cinq mois à Paris grâce à une bourse offerte par le Festival de Cannes. Ses courts métrages et plusieurs de ses films publicitaires ont été primés dans le monde entier. Bror Min (Mon cher frère) a notamment reçu un Ours d’argent à Berlin (2002). En 2003, A Changed Man et Utvecklingssamtal ont été réalisés en Angleterre. Jens Jonsson prépare actuellement son premier long métrage.Réunions professionnelles
*Rendez-vous professionnels* La semaine clermontoise est toujours l’occasion de nombreux rendez-vous professionnels et cette 28e édition en sera particulièrement riche:
Pôles d’Education aux Images Une réunion nationale des 12 structures françaises labellisées « pôle d’éducation aux images » aura lieu pendant le festival, un programme spécial sera diffusé aux scolaires et aux jeunes enfants, et des réalisateurs iront à la rencontre des jeunes dans certains établissements scolaires de la ville… (lundi 30 et mardi 31 janvier)
Commissions du Film Dans de nombreuses régions de France, comme à l’étranger, les commissions du film suscitent des tournages et assistent sur place les équipes. Une réunion nationale de ces commissions se déroulera pendant le prochain festival de Clermont-Ferrand, dont la programmation comporte d’ailleurs un programme spécial de films tournés en régions. (mercredi 1er février)
Coordination Européenne des Festivals de Cinéma Ce sont 250 festivals européens qui travaillent en réseau grâce à la Coordination Européenne des Festivals. Elle tiendra une conférence de presse à Clermont (Lundi 30 janvier), ainsi qu’une réunion de l’atelier spécifique Education aux images (mercredi 1er février).
Coffret dvd « Silence ! on tourne » Avec « Silence ! On tourne », guide multimédia des réalisateurs en herbe, Sauve qui peut le court métrage, association organisatrice du festival de Clermont, et Gallimard Jeunesse signent le deuxième volet de la collection « Apprendre à lire les images en mouvement ». Le programme éditorial du Pôle d’éducation à l’image Auvergne avait débuté en 2000 avec le cédérom « Les pinces à linge », outil destiné aux élèves du secondaire. Là, c’est aux enfants âgés de 8 à 12 ans que s’adresse ce coffret comprenant un DVD et un cédérom. Les films proposés et les activités associées leur permettent de devenir des spectateurs éclairés, avant d’acquérir les rudiments de la réalisation pour se transformer en metteur en scène, scénariste ou chef opérateur d’un film interactif. Présentation pendant le festival.

*Marché du Film Court*
Le Marché du Film Court de Clermont-Ferrand est un espace réservé aux professionnels. C’est le lieu d’échange privilégié des représentants de tous les secteurs du court métrage mondial, 1000 m2 où organismes de promotion internationale, agences nationales du court métrage, sociétés et réseaux de production et de distribution, associations et industries techniques mettent en valeur leurs activités, présentent leur catalogue, nouent des contacts, préparent leurs prochaines productions.
Bref historique de ce marché
1986 – L’association Sauve qui peut le court métrage crée le Marché du Film Court de Clermont-Ferrand avec la participation d’UniFrance et l’Agence du Court Métrage. A cette date aucune structure de ce type, dédiée au court métrage français et international, n’existait dans le monde. Son ambition : développer l’économie du court métrage tout en essayant de donner une égalité de chances à tous les films présentés à Clermont-Ferrand. C’est la grande innovation clermontoise : donner à voir tous les films reçus, à la fois aux acheteurs mais aussi à tous les usagers du court.
Depuis 1992, grâce au soutien de la Procirep, l’association édite le catalogue du Marché du Film Court, véritable bible des professionnels.
En 2004, un serveur numérique est mis en place pour la première fois dans un marché. Tous les professionnels reconnaissent son efficacité et son confort. D’autres marchés vont nous emboîter le pas.
Aujourd’hui en 2005, le Marché du Film Court de Clermont-Ferrand est reconnu comme le premier du genre dans le monde. Il a su garder, au fil du temps, son identité, à savoir mener une mission comparable à une mission de service public.
Après les turbulences financières de 2004 et 2005 dues au coût de la numérisation et de financements déficients, l’association Sauve qui peut le court métrage, dans un effort important de sa part, a décidé que tous les films inscrits au Marché 2006 seraient numérisés gratuitement. Les coordonnées des vendeurs de tous ces films figureront dans le catalogue du marché.

« Refuser le court métrage, c’est refuser les possibilités d’innovations, de recherches. C’est vraiment rompre avec l’avenir du cinéma, c’est vraiment dire que le cinéma est là et qu’il ne bougera plus. » [Brochure de la 2e Semaine du Court Métrage de Clermont-Ferrand, collectif, 1980]