Foté Foré, explosion blanche noire du Cirque Mandingue de Guinée

Foté Foré (Blanc Noir), première création du Cirque Mandingue de Guinée, s’invite entre codes du cirque traditionnel et retenue poétique du nouveau cirque. Sur la scène du Cabaret sauvage (Paris XIXe), cette troupe de onze artistes guinéens, acrobates, danseurs, musiciens a séduit par leur folle énergie, contant par une métaphore circassienne la nécessité d’inventer sans cesse pour survivre dans le dénuement.

Les artistes se préparent et les enfants, déjà, font de la scène un terrain de jeu. Ils s’improvisent petits acrobates ce soir, leurs rires emplissant chaleureusement la salle du cabaret dans l’attente. Le ton est donné : la troupe du cirque mandingue se moque bien de scène-frontière entre artistes et spectateurs, leurs numéros s’enchaînant de tous côtés, nous côtoyant. Vêtus de t-shirt et survêts aux couleurs vives, pieds nus ou chaussés de baskets, faisant danser leurs dreadlocks aux rythmes des percussions, cette équipe donne à voir un cirque accessible et imprévisible, mêlant acrobatie et danse hip-hop dans un ensemble chorégraphique festif et effronté. Digressions circassiennes sur la débrouille Un marché de Guinée s’improvise, dix artistes criant, agitant au son des djembés des bouts de tissus bigarrés pour les vendre à l’homme blanc qui vient de déposer sa valise, une scène plus tôt. Par cette valse de couleurs et de sons, la troupe se présente. Elle cherche à illustrer, tout au long du spectacle, la force créatrice et ingénieuse qui peut émane...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Cirque Mandingue de Guinée
© Milan Szypura
Cirque Mandingue de Guinée
© Richard Djoudi
Partager :

Laisser un commentaire