Haïti : pour que rien ne soit comme avant

La position du "Mouvement pour une Haïti belle" (Mouvmanou Moun Pou Ayiti Bel, MAB)

Dans un communiqué diffusé le 16 janvier 2010, le MAB (Mouvmanou Moun Pou Ayiti Bel), mouvement très impliqué dans la société civile haïtienne, invite l’État et la Nation à se reconstruire sur de nouvelles bases.

Le Mouvman Moun pou Ayiti Bel (MAB), qui avait organisé la marche de plusieurs milliers de personnes à Port-au- Prince le 17 juillet 2009 pour dire oui à la réhabilitation de l’environnement et non au suicide collectif, est dans la consternation suite à la catastrophe provoquée par le séisme du 12 janvier en cours. Il salue la mémoire de toutes les victimes, ceux et celles qui y ont laissé leur vie, les femmes, enfants et hommes qui payent dans leur chair et leur corps un lourd tribut. Il déplore les pertes matérielles enregistrées dans ces douloureuses circonstances. Le MAB vit et constate une souffrance indescriptible dans le tissu social, dans chaque famille. Cette souffrance est visible sur le visage de chacun et de chacune. La douleur est immense dans le corps social, toute catégorie confondue. Car le malheur a frappé l’ensemble du peuple haïtien.
Devant ce tableau dévastateur, devant ce chaos et ces scènes apocalyptiques vécues par la famille haïtienne, les compatriotes haïtiens et haïtiennes peuvent avoir deux attitudes :
Sombrer totalement dans l’irresponsabilité, le pessimisme, le pillage, le vol, la déchéance et rester sous les décombres ;
Ou, ressurgir sur des fondations sociales, économiques, politiques, culturelles, écologiques nouvelles et durables.
Le MAB s’inspire des leçons de l’Histoire pour affirmer que rien ne sera comme avant. Il faut aller puiser dans toutes nos ressources historiques, culturelles, morales pour se mettre à reconstruire. L’Histoire enseigne que rien ne sert de se lamenter. Désormais, il doit y avoir un avant et un après 12 janvier 2010, un autrefois et un maintenant. Les fondations nouvelles sur lesquelles il faut reconstruire l’État et la Nation haïtienne sont des bases : de Justice, d’Equité, de Progrès pour tous les enfants de cette terre, d’une gouvernance responsable, d’ouverture à une modernité bien conçue.
Le Mouvant Muon pou Ayiti Bel salue la grande mobilisation internationale et l’incomparable solidarité mondiale manifestées en faveur du peuple haïtien, dont les médias ont servi de déclencheur. C’est un signe que nous vivons dans un monde qui sait encore montrer son humanité. C’est dans cette perspective de l’après 12 janvier que le MAB croit opportun de faire les recommandations suivantes :
Il faut rechercher l’efficacité totale dans la distribution de l’aide à travers un zonage des quartiers et des villes affectés où chaque zone ainsi identifiée pourrait relever de tel pays ou organisme des Nations Unies ou grosse organisation humanitaire qui travaillerait en étroite collaboration avec les représentants des organisations de proximité locales ;
Il faut distribuer en toute urgence les soins médicaux aux souffrants, apporter la nourriture et l’eau aux sinistrés de façon organisée mais sans s’empêtrer dans des tracasseries bureaucratiques inutiles car la souffrance ne peut pas s’armer toujours de la patience qu’on voudrait.
Il faudrait profiter de l’expertise qui existe dans ce domaine pour gérer de façon respectueuse les milliers de corps et pouvoir les honorer après.
Il faut sécuriser toutes les constructions affectées par le séisme et les zones avoisinantes pour que d’éventuels effondrements n’entraînent de nouvelles pertes en vies humaines.
Il faudrait avant que les bandits ne s’organisent et que ne nous retournions à la situation de terreur qui prévalait il y a deux ans de cela, donner à la police nationale les instructions et les moyens pour agir immédiatement selon un plan rapidement établi.
Il faudrait éviter au peuple haïtien et au pays de payer dans leur malheur les conséquences d’une lutte hégémonique entre les grandes puissances, éviter les décisions unilatérales qui ne peuvent que compromettre les bonnes intentions, car l’échec que nous connaissons n’est pas seulement le nôtre il est l’échec aussi de tous les pays qui ont dominé Haïti d’une manière ou d’une autre.
Il faudrait une politique de communication coordonnée, intelligente, simple, concise, célère et massive qui redonne confiance au peuple tout entier  et évite d’augmenter la confusion.
Il faudrait définir dans la concertation un Plan de reconstruction d’Haïti qui prenne en compte avant tout un vrai plan d’aménagement du territoire, une meilleure répartition de la population sur le territoire avec des pôles de développement durable, avec des plans d’urbanisme et de distribution des services de base que réclame la société. Ce sera l’occasion de créer des centaines de milliers d’emplois à travers le pays et d’investir inlassablement dans la réhabilitation de l’environnement et dans l’éducation, de construire les infrastructures de base, d’investir massivement dans les infrastructures économiques, agricoles et industrielles, communication, routes, ports et aéroports etc.
Le Mouvman Moun pou Ayiti Beldemande au peuple haïtien de ne pas baisser les bras et de gérer collectivement toutes les affections post-traumatiques de la tragédie du 12 janvier 2010.
Ensemble, nous pouvons gagner. Il ne faut pas minimiser les défis. La tâche est titanesque. Ensemble, nous pouvons sortir plus forts des décombres. Ensemble, nous pouvons reconstruire un espace plus vivable, un pays pour tous. Un pays où l’État et le pouvoir ne soient plus une fin en soi mais l’instrument du bonheur d’un peuple qui le mérite.

note de presse du 19 janvier 2010
Les photos liées ont été prises par Arnold Antonin et Beatriz Larghi Corbanese
MAB Delmas 66 Imp.Samare 1 Tel. 3 446 28 24
cpb@hainet.net
///Article N° : 9160

Partager :

Laisser un commentaire