Hollywood sur Nil – regards sur le cinéma musical arabe

De Saida Boukhemal

Print Friendly, PDF & Email

Quel sujet magnifique ! Comme le dit avec nostalgie Youssef Chahine en début de film, la chanson et la danse du ventre qui ont fait le succès de ce mini-Hollywood qu’étaient les studios Misr ont disparu du cinéma arabe. Genre essentiel du cinéma égyptien dans les années 50, le musical rayonne sur tous les pays arabes. De grandes actrices adulées du public y connaîtront le succès : Shadia tournait dix films par an et chantera 20 chansons en 60 films. Nous voici aux studios Galal, qu’un passionné a racheté pour les rénover, le lieu mythique où ont débuté Leïla Mourad et Souad Hosni. Mais nous voici aussi à Marseille pour des projections populaires au quartier du Panier où les vieux films ramènent le temps passé. Et tout au long du film, de magnifiques extraits…
Mais quelle frustration devant un montage qui coupe tout en morceaux, revenant sur les interviews en boucle pour réunir et illustrer les propos, ficelant les films en quelques plans, voulant trop en mettre et privilégiant l’information sur la magie du sujet. Un film n’est pas un livre ! Cette visée didactique va malheureusement à l’encontre de la douce sensualité que pouvait dégager cet hommage au musical arabe.

2003, 51 min, betacam. Potlach production (01 48 24 13 92).///Article N° : 3236

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire