La critique postcoloniale, étude des spécificités

Entretien de Boniface Mongo-Mboussa avec Jean-Marc Moura

Seul auteur français à avoir publié sur la critique postcoloniale telle qu’elle est pratiquée dans les pays anglo-saxons, Jean-Marc Moura explique ici en détails quel en est l’intérêt et les enjeux pour la pensée dans les pays francophones.

Qu’est-ce qui explique selon vous le silence des universitaires français sur le postcolonialisme ? Ce qui l’explique, c’est que ce mouvement est né dans les pays anglo-saxons, il y a une vingtaine d’années, de l’arrivée d’immigrants dans les universités américaines et anglaises. Le mouvement s’est donc d’abord développé en Angleterre et aux Etats-Unis, puis a été nourri par des critiques anglo-saxons dans le Commonwealth, les pays anciennement colonisés par l’Angleterre. C’est un mouvement critique actuellement très développé dans les pays anglo-saxons mais qui, parce qu’il n’est pas spécifiquement francophone – il n’est même pas du tout francophone – est un peu ignoré de nous. Dans quelles conditions l’apparition du terme postcolonie s’est telle produite ? Cela s’est produit de manière assez graduelle. Ces étudiants sont arrivés dans les universités anglaises et américaines (Africains, Indiens, Antillais, etc…) et ils ont commencé a poser des questions sur l’histoire littéraire en rapport avec leur propre histoire. Ils se sont rendus compte que l’histoire littéraire était très européo-centriste, ne prenant aucunement en compte leur histoire coloniale et post-coloniale. Ensuite, certains d’entre ...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire