La cueillette des olives

De Hana Elias

Lire hors-ligne :

La Cueillette des olives a du mal à aller au bout de son intention. Mazen, qui sort de prison, remarque qu’en face, le tank israélien « n’est pas un tank mais une idéologie : une idéologie a besoin d’un adversaire pour exister ». Et d’insister pour que l’on invente d’autres voies pour la paix. A ce discours pacifiste, les membres de la communauté palestinienne dont l’oliveraie est le lien de vie et se trouve encerclée par des colonies israéliennes va répondre différemment. Le père, chef de famille, s’identifie à l’arbre millénaire : il ancre dans le passé la survie de la communauté et de l’oliveraie. Le frère, Taher, qui se dispute avec Mazen l’amour la belle Raeda, fait carrière en politique et développe un discours radical. La concurrence des deux frères fera peu à peu l’essentiel de l’intrigue face à une femme qui va jusqu’à affirmer les aimer tous les deux et que des scènes identifient aux oliviers, à la terre, à l’héritage palestinien. Mais en dépit de ce dispositif prometteur, ni la mise en scène ni le scénario ne permettent de développer véritablement la problématique posée au départ.

Palestine/Etats-Unis,, 2002, coul, 35 mm, 83 min., avec Raeda Adon, Mohamad Bacri, Samia Kazmooz, Taher Najeeb, Mazen Saade, Arren Umari. Contact : hannalatif@hotmail.com///Article N° : 2362

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Laisser un commentaire