La jeune danse ivoirienne marque le pas

Lire hors-ligne :

Depuis trois décennies, la Côte d’Ivoire a été un foyer actif de l’évolution et du rayonnement des danses africaines. Elle abrite deux compagnies privées pionnières, devenues de véritables institutions : l’Ensemble Koteba et le Ki Yi M’Bock. Il y a quelques années, une nouvelle génération de danseurs-chorégraphes a émergé avec retentissement. Mais aujourd’hui, ces jeunes compagnies peinent à s’imposer. La faute à la crise nationale ou conséquence d’un effet de mode ?

Longtemps Abidjan a pu être fière. La capitale ivoirienne abritait deux des plus prestigieuses compagnies de danse en A...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire