Le Camp des Innocents, prix littéraire Williams Sassine, 15 nouvelles africaines, éd. Lansmann

Print Friendly, PDF & Email

Cet hommage rendu à l’écrivain guinéen Williams Sassine (1944-1997) est le résultat d’une collaboration entre l’Ong bruxelloise Coopération par l’Education et la Culture et les Editions Lansman, dirigées par Emile Lansman, à partir d’un projet conçu par Jean-Pierre Jacquemin qui explique dans sa préface pourquoi il souhaitait organiser un concours international de nouvelles inédites, en Français, ouvert aux auteurs d’origine africaine, sur une thématique que l’on retrouve dans toute l’œuvre de Williams Sassine :  » Comment faire face, résister aujourd’hui, au racisme, à l’ethnisme, à la xénophobie ? Comment s’investir pour les juguler ? « .

Sur les 51 textes reçus, écrits par des auteurs originaires de dix-sept pays et d’un département français d’outre-mer, un jury, constitué de personnalités ayant des liens avec l’Afrique dans le domaine des relations culturelles Nord/Sud, a sélectionné les 15 nouvelles du recueil, dont les trois plus remarquables qui ont été primées :  » Vous avez l’heure ? «  de l’écrivain togolais Sami Tchak,  » Une voix entre mes entrailles « , un récit très lyrique du Congolais Vincent Lombume, et  » Une histoire américaine « , une truculente mésaventure à Chicago du dramaturge et romancier togolais Kangni Alem.
Ces trois premiers textes du recueil, rédigés dans des styles et un esprit absolument différents, jouent sur la mémoire qui constitue la colonne vertébrale de chaque récit, à partir d’événements passés, plus ou moins dramatiques, voire absurdes, comme si les destins des personnages étaient irrémédiablement tracés, sans qu’il leur soit possible de dévier de leur trajectoire initiale.
La nouvelle de Sami Tchak, qui a obtenu à l’unanimité le 1er Prix, est une brillante réussite littéraire : au-delà des allusions à Williams Sassine qui parsèment les huit pages d’un fantastique monologue proféré par un vieil homme blessé s’adressant à un autre vieillard africain assis à ses côtés sur un banc public – tous deux étant exilés depuis longtemps en Europe -, la mémoire de celui qui parle de façon obsessionnelle, en faisant les questions et les réponses, se cristallise peu à peu sur ce passé commun qui les hantent et remontera à la surface dans toute sa cruauté insupportable… Le dénouement est à la mesure de ce texte puissant dont je recommande absolument la lecture.
Parmi les autres nouvelles sélectionnées, je retiendrai plus particulièrement  » Trois hivers à Genève «  de l’écrivaine sénégalaise Fama Diagne Sène dont le récit relate, dans une langue d’un grand classicisme, le trajet en bus à travers Genève d’une étudiante africaine se rendant à l’université. Chaque station étant l’occasion de porter un regard d’une rare acuité sur le comportement à son égard des passagers qui embarquent ou descendent du bus bondé.
J’ai également beaucoup aimé l’humour dévastateur imprégnant la nouvelle du Malien Ousmane Diarra,  » L’avenue des Lauriers « , où il enchaîne, avec une logique imparable et un cynisme que n’aurait pas renié Williams Sassine lui-même, des situations paroxystiques qui plongent finalement le lecteur dans un véritable cauchemar.
Je ne peux qu’inciter les lecteurs à se procurer  » Le camp des innocents « , un recueil où se côtoient des auteurs en devenir et des écrivains africains de renommée internationale qui n’ont pas hésité à se prêter au jeu subtil de la nouvelle pour rendre un hommage mérité à celui qui fut bien souvent l’inspirateur de leurs premiers pas en littérature : Williams Sassine dont on peut dire sans conteste que son  » Zéhéros  » n’était pas n’importe qui…

Le camp des innocents, Prix littéraire Williams Sassine, 15 nouvelles africaines, Lansman Editeur, en coproduction avec l’Ong CEC, Bruxelles, février 2006, 223 pages, 15 Euros. (Avec le soutien de la Communauté Française de Belgique). Sami Tchak (Togo), Vincent Lombume Kalimasi (RDC), Kangni Alem (Togo), Mouhcine Ayouche (Maroc), Houriya Chérif Haouat (Maroc), Ousmane Diarra (Mali), Théo Ananissoh (Togo), Charles Djungu-Simba (RDC), David Doma-Tanga (Cameroun), Agnès Gertrude (France-Guyane), Jean-Claude Kangomba (RDC), Achille Ngoye (RDC), Johari Ravaloson (Madagascar), Fama Diagne Sène (Sénégal), Lye Yoka (RDC).///Article N° : 4440

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire