Le cinéma africain vu par les spectateurs maliens

« Le cinéma africain étranger sur son propre territoire » : le refrain est connu. Qu’en est-il sur le terrain ? Y-a-t-il des films africains à l’affiche des salles africaines ? Que pensent les spectateurs africains des films africains ? Voici quelques-unes des interrogations auxquelles des spectateurs et des professionnels du Mali ont accepté de répondre au cours de l’hiver 2008.

Pour demander à des spectateurs de cinéma maliens ce qu’ils pensaient du cinéma africain, il fallait déjà s’accorder sur la définition du mot « film ». Pour nous, étrangers, étudiants en cinéma, un « film africain » se résume à un long-métrage réalisé par un cinéaste africain. Mais pour les spectateurs rencontrés, un film peut tout aussi bien être une série télévisée africaine (comme Walaha, Mali, 2005) ou une série étrangère sur les Africains (comme Racines, USA, 1977). Pourquoi cet amalgame entre long-métrage cinématographique et série télévisée ? D’abord parce que la télévision, moins onéreuse qu’une place de cinéma, permet aux réalisateurs, de toucher leurs concitoyens. Ensuite parce que productions locales ont un impact important sur la population, comme nous l’explique Youssouf Doumbia, journaliste culturel au quotidien L’Essor : « L’évolution du cinéma au Mali est importante car pour une fois il y a des séries TV qui ont trait à la vie quotidienne des citadins (de Bamako par exemple) et qui sont interprétées par de jeunes coméd...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Bal Poussière
Le Ballon d'or
Drum
Kabala
Sia, le rêve du python
Yeelen
Walaha (Africa productions)
Partager :

Laisser un commentaire