Le cyberespace des femmes d’Afrique

Entretien d'Olivier Barlet avec Marie-Hélène Mottin Sylla, Famafrique (Sénégal)

Lire hors-ligne :

Un exemple concret d’appropriation de l’internet pour établir des réseaux internationaux de solidarité féminine.

De quelle dynamique est sorti Famafrique ?
De la frustration lors de la préparation de la conférence mondiale des femmes de Beijing, du fait que nous ne recevions pas d’informations à temps et que ce que nous recevions était en anglais. Et d’un concours de circonstances car, à ce moment-là, notre organisation (http://www.enda.sn) commençait a s’intéresser à la question des TIC pour les ONG de développement, en liaison avec le réseau de APC – Association for Progressive Communication (http://www.apc.org) – qui a un programme des femmes très dynamique. J’ai donc pu participer au groupe des femmes de APC qui ont fourni les services de communication électronique durant le forum des ONG et la conférence de Beijing. Au retour, j’ai commencé à développer un réseau interne à l’Afrique francophone pour répondre aux frustrations indiquées. Au début, on a surtout commencé avec le e-mail (liste Avez-vous l’impression d’arriver a des résultats concrets ?
Oui. D’abord la question de l’utilisation des TIC par les femmes pour les agendas du développement durable et de l’égalité de genre en Afrique, et notamment en Afrique francophone, n’est plus une idée farfelue : elle est reconnue comme crédible et fiable, et nous avons développé une expertise certaine. Ensuite, nous sommes arrivées à coaliser la plupart des réseaux électroniques de femmes en Afrique qui travaillent peu ou prou sur cette question, dans le respect de nos diversités, et nous avons une force d’action collective reconnue comme pionnière dans le monde (ce sont les femmes d’Asie et les femmes d’Afrique qui ont été les plus actives dans ce processus autour de Beijing+5, et c’est maintenant que les femmes des autres continents se joignent).
Quels contacts avez-vous avec d’autres initiatives proches ?
Ce que ça a permis d’important pour nous (famafrique), c’est que maintenant il y a un groupe de femmes francophones (nous en Afrique francophone, les femmes du Canada, les femmes de France et les femmes d’Europe), Nous avons toutes commencé séparément mais avec internet, nous n’avons pas tardé à faire connaissance et nous nous sommes rencontrées face à face le mois dernier à Séoul (oui, en Corée !) pour la réunion mondiale des sites web pour Beijing+5 – et bien sûr, nous avons fait des plans pour travailler davantage ensemble
Ressentez-vous certaines formes de domination dans vos rapports d’activités avec le Nord ?
Non, pas dans le domaine où nous travaillons en ce moment. Pour certains aspects nous avons même l’impression (ce qui est plus qu’une impression d’ailleurs) de faire plus et d’être en avance (ça transforme notre image de nous-mêmes). Dans des cercles de relation plus large, on note un peu ce que vous mentionnez, mais on sait comment gérer ça.
Quelles difficultés rencontrez-vous ?
Dans le contexte dans lequel famafrique intervient, ça ne se pose pas (car Enda a amplement développé ce côté serveur et technique) – ce qui fait que nous pouvons faire ce que nous faisons, mais il est incontestable que les groupes de femmes en Afrique francophone ont des difficultés : la grande majorité ne parle pas français ou anglais, ne sait ni lire ni écrire, n’a pas d’ordinateur ou de modem, ne sait pas où trouver formation et assistance technique, etc. Sans compter les femmes qui n’ont tout simplement pas le temps. C’est pour cela que nous travaillons plutôt avec les ONG de femmes qui dans leur majorité parlent français, ont un ordinateur et un téléphone (et commencent à avoir des modems).
Les coûts ne sont pas prohibitifs ?
Au Sénégal, c’est relativement acceptable, mais nous avons des factures de téléphone d’environ 150 000 FCFA ou plus, alors que nos collègues des USA ou du Canada ne payent qu’un forfait mensuel d’environ 12 000 FCFA de téléphone, ce qui revient à dire que pour elles la connexion à internet est gratuite – ça change beaucoup de choses. Pour nous à Enda, il n’est pas trop cher ni compliqué de faire héberger une liste électronique ou un site web (si on s’y connaît bien sûr) mais des groupes de femmes dans un pays proche nous ont communiqué des tarifs tellement exorbitants qu’on comprend que peu ont des sites web !
L’utilisation du français est-elle un obstacle ou une chance ?
Ce n’est pas un obstacle dans la mesure où on se donne les moyens de pouvoir communiquer dans cette langue. Ceci dit, il est sûr que la somme de connaissances et de savoir (technique par exemple) disponible en anglais (sur les questions sur lesquelles nous travaillons) est bien supérieure à ce qui est disponible en français. Cependant, les langues nationales sont aussi en situation de minorité par rapport au français comme le français l’est par rapport à l’anglais.
Quelles sont vos envies, vos perspectives ?
Je pense que nous avons presque atteint la fin d’une phase (l’entrée dans le cyberespace des femmes d’Afrique francophone) et qu’il faudra donc bientôt trouver de nouvelles directions. D’ici juin de l’an 2000, nous serons plus fixées.

///Article N° : 1112

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire