Les Flambeuses : la jeune génération

Print Friendly, PDF & Email

Les Flambeuses réunit trois jeunes filles de 10 à 12 ans, mordues de hip-hop et déjà lauréates d’un concours de danse départemental. Diop N’Dack, Sabrina Himiche et Eva Ouattara ont commencé à s’entraîner très tôt dans la rue avant d’être accueillies par le centre de danse du Galion à Aulnay. Maria Ouattara, elle-même membre de la compagnie ABS de Thierry Anoman, s’est intéressée à ces jeunes filles décidées à faire parler d’elles.  »  J’ai créé les Flambeuses alors qu’elles n’avaient que 5 ou 6 ans, se souvient la chorégraphe. Je ne pensais pas qu’elles iraient aussi loin. Au début, c’était juste pour qu’elles ne traînent pas en bas dans la cité d’Aulnay « .
Les Flambeuses se produisent pour la première fois sur une grande scène lors des Rencontres des cultures urbaines de cette année. Elles incarnent la vitalité et l’excellence de la jeune génération qui atteint de plus en plus tôt un excellent niveau technique.
Musiques de nos parents, pièce pour trois danseuses. Chorégraphie : Maria Ouattara.
Sur une bande-son reprenant les grands standards des années 60, 70 et 80 (James Brown, Aretha Franklin, UB 40, Mickaël Jackson jusqu’au hip-hop actuel), les Flambeuses proposent une pièce pleine d’humour dans laquelle elles adaptent le break aux musiques d’hier. Mêlant danse, théâtre et improvisation, elles dialoguent avec le public et démontrent que les filles n’ont rien à envier aux garçons dans leur énergie débordante et leur vitalité.

///Article N° : 993

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire