Les moins-que-rien !

Tirailleurs Sénégalais ou Anciens Combattants ? La guerre des mots, si elle devait avoir lieu, servirait juste à masquer une réalité peu respectueuse de ces anciens soldats, embarqués, malgré eux pour la plupart, dans une histoire qui n’était pas forcément la leur. La maigre pension qu’ils perçoivent aujourd’hui témoigne du mépris qui pèse sur eux.

 » Vous n’êtes pas des pauvres aux poches vides sans honneurs. «  Léopold Sédar Senghor, Hosties noires, Seuil 1948.

Un peu d’histoire Les manuels scolaires sont là pour témoigner. La complexe aventure des soldats basanés de l’empire français croupit dans les oubliettes d’une Histoire qui mérite d’être réécrite. On spécule sur ces forces de la nature, sur leurs avancées héroïques contre les ennemis de la France, sur la générosité avec laquelle ils ont accepté de servir la patrie. On n’oublie surtout de préciser qu’à l’origine, ce fut un ‘commerce’confortable que la France impérialiste et colonisatrice a su entretenir pour son confort. Des armées qui ne coûtaient pas chers et assez nombreuses pour éviter au bon peuple de servir de chair à canon : quel général n’en rêverait ? On a souvent dit que les tirailleurs avaient connu la même dure réalité que les paysans mobilisés de la France profonde. Possible. Mais leur avait-on demandé leur avis, eux que l’on considérait moins que des hommes ? Militaires ...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire