L’étoile

Print Friendly, PDF & Email

Bientôt ils vous demanderont de porter l’étoile. Une toute petite étoile, qu’on voit à peine mais une étoile quand même. Ils vous le demanderont au nom d’un idéal. Ils aiment les grands mots. Ils se battent au nom de la justice et de la liberté. Et c’est au nom de ces grands mots qu’ils vous demanderont de porter l’étoile, la toute petite étoile. Il ne faut pas s’y méprendre. Ils ne sont pas méchants, ni cruels, ils sont raisonnables et plus que raisonnables, ils se battent, faut-il le répéter, au nom d’un idéal et cet idéal réclame que vous portiez l’étoile. Parce que vous n’êtes pas tout à fait comme eux. Parce qu’on doit vous protéger, parce qu’on doit se protéger. Parce que votre pensée est maladroite. Parce que vous malmenez la langue. Parce que vous sentez un peu mauvais, mais ça, entre gens polis, on n’en parle pas. Parce que vous venez de là-bas, de l’ailleurs. Parce que vous religion est primitive, n’est pas compatible avec nos valeurs, nos grands mots. Parce que vous proliférez. Parce que même si vous leur ressemblez, et il y en a qui font des efforts, ce ne sera jamais assez. Ils réclament plus, toujours plus. Et il y a toujours, toujours, ce doute, ce tout petit doute qui persiste et signe. Et si ? Et si ? Et si ? Et si c’est un imposteur, et si c’est un adepte du double discours, et si son ambition est au fond de nous convertir, de nous envahir, de nous coloniser, comme des cancrelats, comme des vermines. Vous avez beau leur dire que non, non, je suis comme vous, je suis né ici, je vais mourir ici, je crois aux mêmes valeurs, c’est mon pays, je n’en ai pas d’autre. Mais ils n’arrivent pas à vous croire. Il y a un doute toujours. Et si ? Et si ? Et si ? Il ne faut pas croire qu’ils sont méchants ou cruels, ils sont devenus aveugles. Ils ne vous voient plus. Ou si ils vous voient mais ils ne voient pas ce que vous êtes car vous êtes désormais l’autre, l’autre nécessaire. Vous aurez beau essayer de leur faire comprendre que vous êtes comme eux mais vous n’y parviendrez pas car vous êtes un type. Et vous devinez chez eux comme une déferlante de haine, comme un grand désir de dire haut et fort la haine, de se laisser aller, de vous dire de foutre le camp parce qu’on ne vous aime pas. Et le pire est à venir.

Car elle est là, bien là,

petite étoile

toute petite étoile,

qui scintille,

toute petite étoile qui brille,

toute petite étoile,

qui brûle,

qui consume les esprits.

Et ils vous demanderont, vous le savez, un jour, bientôt, de la porter. Ils le feront, au nom d’un idéal, au nom de ces grands mots qui fondent leur être, leur patrie. Ils ne sont ni cruels, ni méchants mais tout simplement aveugles. Aveugles parce qu’ils ont peur. Aveugles parce qu’ils ont oublié les leçons de l’histoire. Aveugles parce qu’il leur faut un nouveau bouc émissaire. Aveugles parce que les puissants les manipulent. Aveugles parce qu’ils ne peuvent taire les monstres qui ruminent en eux.

Aveugles parce qu’il faut exterminer l’autre en soi.

Aveugles, comme tous les hommes, de tous les temps, qui ont oublié que la seule étoile qui vaille est celle qui dissipe l’appartenance à la terre, est celle qui suscite la soif perpétuelle de l’autre.

///Article N° : 9112

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire