Life without Death

De Frank Cole

Lire hors-ligne :

Obsédé par la mort d’un être proche, Frank Cole va chercher la vie là où l’on pense à tort qu’elle est le moins présente : le Sahara. Il le traversera seul d’Ouest en Est durant 11 mois en 1989-90, manquant sans arrêt d’y perdre la sienne mais trouvant la force de tourner les images qu’il désire ! Pourquoi sommes-nous fascinés par ces fous qui se confrontent ainsi à l’extrême ? Leur capacité à se dépasser, à aller jusqu’au bout quitte à risquer de tout perdre, nous apprend sans doute à le faire un peu plus dans les banalités de nos propres vies… Qu’on aille pas chercher dans le film de Cole une connaissance du désert et encore moins de ses habitants. Il est centré sur cette aventure initiatique intérieure, il est comme un penseur de Rodin qui se tourne sur lui-même. Sa force est de ne pas projeter sur les autres sa recherche, comme l’avait fait un Depardon avec la douleur. Son approche est poétique et son film une réussite au sens où chaque élément concourt à témoigner de cette poésie du doute et de la nécessité. La fulgurante beauté du désert n’est jamais carte postale : elle est la vision d’un homme seul face à son défi. Frank Cole a voulu retraverser le Sahara en 2000. Il y a été attaqué et tué par des bandits dans le nord du Mali.

2000, 35mm, 83 min., coprod. Frank Cole Films/Necessary Illusions, distr. K-Films (01 42 74 70 14, kfilms@noos.fr). Sortie France le 16 janvier 2002.///Article N° : 126

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire