Mater Ma terre

Lire hors-ligne :

Arilès De Tizi / « MATER STABAT, AICHA. » / 2016 Photographie, tirage sur plexiglass. 80 x 200 cm

Arilès de Tizi, 33 ans, photographe, peintre et réalisateur présente, en ce mois de mars, l’exposition Mater – mère en latin, phonétiquement « ma terre » en français – à la Basilique de Saint-Denis (93). Donner une visibilité aux femmes « de l’exil », immigrées souvent exclues de l’espace public et pour lesquelles n’a pas été mise en place une véritable politique d’intégration, est son objectif. Elles sont venues, il y a cinquante ans ou quelques années seulement, d’Algérie ou de Serbie, du Mali ou du Maroc, d’Angola ou de Chine. Dans tous les cas, elles lui rappellent le parcours de sa grand-mère, émigrée algérienne venue en France dans les années cinquante, où elle a eu onze enfants. Elle, qui « comme beaucoup de femmes de sa génération n’a connu que la cuisine, le marché, sa maison », était l’un des piliers d’une famille proche, comptant plus de 200 personnes. Pour lui rendre hommage à elle et à tant d’autres femmes, Arilès part à la rencontre de « mères » dans le cadre de l’association La maison des femmes, mais surtout au marché de Saint- Denis. « Les populations pauvres et immigrées de France sont souvent confrontées à des No Go Zones, c’est-à-dire ces endroits culturels qu’elles ne fréquentent jamais ». En exposant à la Basilique Saint-Denis, Arilès veut créer un pont entre la tradition française et ces mères « exclues d’une histoire qui pourtant leur appartient aussi ». Avec Mater, elles sont représentées en peintures et en photos, voilées, au sens des Madones de la Renaissance. Exposées dans un écrin rappelant les gisants des reines de France, elles sont pourtant debout, et par un jeu d’installation de chaque portrait, la lumière émane d’elles. « Je voulais que ces femmes-là, que tu n’as pas l’habitude de voir, qui baissent la tête toute leur vie, te regardent dans les yeux et soient face à toi ». Vu que l’art ne peut se passer de références artistiques, nous dit Arilès de Tizi, leur place dans ce lieu, avec ces tenues, a le but d’en faire des nouvelles icônes du patrimoine culturel français.

Du 17 mars au 30 juin. Au sein de la basilique et dans la halle du marché de la ville de Saint-Denis (93).

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire