Mon général, go home !

Print Friendly, PDF & Email

Cinquante ans après les indépendances africaines et la répression sanglante d’une manifestation d’Algériens au métro Charonne à Paris que vient de reconnaître officiellement le chef d’État français François Hollande ; après la traite négrière et les deux guerres mondiales où l’Afrique paya un bien lourd tribut, la question sensible des « réparations » et de la dette due par la France à l’Afrique ne cesse de se poser. La pièce Mon Général – où un Africain voue un culte au général de Gaulle – me donne l’occasion d’y revenir. Elle est jouée du 22 novembre au 21 décembre 2012 au Art Studio Théâtre à Paris

Pour ce qui serait de l’ingratitude de la France vis-à-vis de l’apport des étrangers… Il est clair que depuis six siècles, les rapports entre la France et l’Afrique, disons entre l’Europe et l’Afrique, ne se sont jamais exercés, ou si peu, sur le mode du partenariat, mais plutôt sur celui de la prédation, de dominant à dominé, dont l’expression la plus actuelle est la mondialisation et le néolibéralisme qui ne sont qu’une autre facette de l’impérialisme, de la colonisation et de l’esclavage. Dès lors parler de gratitude ou d’ingratitude à ce niveau de communication verticale, voire de monologue, est pour le moins déplacé. Il ne viendrait à l’idée de personne de traiter le loup d’ingrat pour avoir dévoré l’agneau ; et si l’agneau, lui, venait néanmoins à le penser, l’on serait en droit de le trouver naïf et dupe, voire sentimental. Car c’est bien de ça qu’il s’agirait ici, et de sentiments et d’affects, et même de sexe. Les Africains sont des émotifs et des sentimentaux, c’est connu.
Rien, bien sûr, n’empêche de demander à la France d’exprimer sa gratitude à l’égard des étrangers, pour leur apport économique et militaire fait de chair et de sang au cours des deux dernières guerres mondiales par exemple, tous ces anciens combattants de l’Empire, ces « tirailleurs sénégalais », ces « indigènes », ces « coloniaux » venus prêter main-forte à la « civilisation » contre la « barbarie ». Oui… pourquoi pas. Une dette envers l’Afrique, pourquoi pas. Il faudrait cependant savoir : ou les Africains sont des étrangers ou ils ne sont pas des étrangers. S’ils ne sont pas des étrangers pour la France, une dette n’a pas lieu d’être, ni même l’usage d’une autre langue que le français dans leurs territoires ; et si effectivement ce sont des étrangers, on entre de plain-pied dans le concept Nietzschéen du « complexe du créancier », où le débiteur finit par nourrir du ressentiment envers son créancier, où celui qui reçoit finit par renier celui qui donne, où il ne peut être question de reconnaissance, encore moins d’amour. Voilà pourquoi, pour ne pas avoir à traîner une dette et être obligé d’exprimer de la gratitude, voire des regrets ou de la « repentance », encore moins se livrer à des « réparations » – ce qui infléchirait du même coup le rapport de domination – il vaut mieux ne pas avoir face à soi un étranger, et pour cela, l’assimiler d’une façon ou d’une autre, par « l’intégration » par exemple – où l’on retrouvera cet « être-à-ranger ». L’on sait bien qu’il n’est pas de dette ni de langue (autre) qui tiennent face à son miroir, où Écho s’interdit de répondre à Narcisse sur l’air de « vous vous croyez seul, mais il y a quelqu’un » – pour paraphraser un mot d’Antonin Artaud. Mais il est aussi permis de se raccrocher à une certaine mystique, où il est dit que celui qui aime est toujours plus fort que celui qui est aimé ; d’autres postulent même que celui qui aime finit par tuer celui qui est aimé.
Bref, il serait temps pour les Africains de cesser d’offrir le cou à la lame rougissante, de se penser dorénavant en sujet et non en victime : défendre chèrement son morceau et rendre coup pour coup en toute civilité. Les affaires sont les affaires. Et foin de sentiments, d’ingratitude et de francophonisation ! Autrement dit, se poser en tant qu' »Autre », assumer son altérité, son étrangéité, sa pleine panafricanité. En somme acter pour une véritable indépendance, quel qu’en soit le coût, et s’ériger en créateur de valeurs.

///Article N° : 11143

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
© DR




Laisser un commentaire