Ndongo Lô – le rossignol de Pikine ne chantera plus

Sur la photo qui illustre son dernier album, sorti en décembre 2004, Ndongo Lô tourne le dos comme s’il nous disait au revoir. Nul ne se doutait qu’il nous disait adieu. L’album Aduna (La Vie) sera son dernier. Le dimanche 16 janvier 2005, Ndongo Lô, le grand espoir de la musique sénégalaise, s’est tu pour toujours.

Depuis quelques temps, son entourage savait qu’il était malade. Déjà en décembre 2003, il a été hospitalisé pendant plusieurs semaines. Il a momentanément guéri et a pu effectuer une tournée américaine pendant le premier mois de l’année passée. De retour à Dakar, il continuait à donner des concerts et à travailler sur son nouvel opus. Sa santé n’était pourtant jamais bonne. Ses amis témoignent qu’il était toujours fatigué et fragile. Seul lorsqu’il montait sur scène, il semblait que toutes ses fatigues disparaissaient miraculeusement. Ceci n’était cependant que temporaire… Les lendemains des spectacles étaient terribles, sa voix était faible et moindre déplacement était un effort énorme.
Le vendredi 14 janvier 2005, Ndongo Lô animait une soirée dans la boite de nuit de  » Yengouleen  » à Dakar. Vers 3h du matin, il a interrompu le concert dû à des maux de ventre qui l’ont fait vomir sur scène. Il a été immédiatement transféré à la clinique Casahous dans la capitale sénégalaise. Il y est resté deux nuits. Le dimanche il avait commandé une soupe, son plat préféré et l’a mangé en compagnie de sa femme et de son manager. Pendant l’après-midi ceux-ci ont remarqué que son état s’aggravait. À un moment son manager croit que Lô s’était évanouit. Il ne s’était pas évanouit, vers 19h le dimanche 16 janvier 2005, il avait rendu l’âme pour toujours.
La nouvelle, annoncée par les radios, éclate comme une bombe au Sénégal pendant la soirée. Le corps de Lô est transféré à la morgue de l’hôpital Principal de Dakar et aussitôt une foule nombreuse et hystérique se retrouve devant l’entrée de l’hôpital. Les forces de l’ordre ont du mal à contrôler la situation, tellement les gens sont choqués par la disparition de leur chouchou. Le lendemain, un grand cortège accompagne le corps de Lô à la sainte ville de Touba où il sera inhumé. L’enterrement sera digne de celui d’un président de république. On estime que 500 000 personnes ont assisté aux obsèques. Parmi eux, on note des hautes autorités de la république, tels que le ministre d’État, le ministre de l’Industrie, le ministre de la Culture et du Patrimoine historique classé, le président de l’Assemblée Nationale et le ministre de l’Intérieur. Également présente à la levée de corps était madame Viviane Wade, épouse du chef de l’État, maître Abdoulaye Wade, venue  » apporter son soutien à la famille et à la communauté des artistes « . Toute l’élite des musiciens du Sénégal est heurtée. Ismael Lô, en tant que fervent admirateur de Ndongo Lô, estime que c’est une perte énorme et se souvient du dernier comme un jeune qui avait beaucoup de respect pour les anciens et qui aimait ce qu’il faisait. La preuve étant selon lui, la foule qui est venue lui rendre un dernier hommage. Selon Alioune Mbaye Nder, leader du groupe  » Setsima « , le Sénégal a perdu un jeune artiste, un ami pétri de talent et un suivant de la confrérie mouride.
L’histoire de Lô commence à Pikine, une banlieue de Dakar. Lorsqu’on grandi dans cette partie de la presqu’île du Cap Vert, on ne débute pas sa vie dans les meilleures conditions. La route pour s’en sortir de cet entourage est souvent bien long et malheureusement plein de gens ne trouvent jamais la bonne voie. Lô était condamné à suivre le chemin qui lui été tracée. Il était né dans une famille griotte qui l’encourageait à baser sa vie sur sa formation de menuisier métallique. Lorsque son père, doté d’un caractère sévère, a appris que Lô avait commencé à chanter publiquement dans de différents événements comme des  » Simbs  » (jeux de faux lions pour les enfants), des baptêmes et parfois même dans des soirées islamiques, il lui a directement montré la porte. Lô s’est retrouvé dans la rue, dormant dans un endroit qui était selon ses propres mots  » difficilement accessible « . Dans une interview accordée à la télévision sénégalaise le 31 décembre 2004, il se souvient, les larmes aux yeux de cette époque comme  » une période que Dieu l’a fait subir pour mieux résister aux futures épreuves « .
Le déclic qui changera le destin du jeune homme de la banlieue dakaroise arrive rapide comme un éclair. Un soir, lorsque Lô se retrouve comme spectateur dans la boite principale de Pikine « Le Ravin « , il monte sur la scène qu’occupait Papa N’Diaye Guewel. Il prend le microphone et pour la première fois il émerveille les habitants de Pikine ; tellement sa voix était mélodique et tellement il chantait avec facilité. Papa N’Diaye Guewel n’a pas pu rester sans remarquer quel talent il avait sous ses yeux. Pour sa prochaine production, il lui invite à chanter un duo. C’est avec ce tube que le grand public sénégalais se familiarise pour la première fois avec la voix de Lô.
Le jeune chanteur, une fois lancé, n’envisageait pas de rester à ce niveau là. Il frappe sur la porte des producteurs dakarois avec en poche le morceau enregistré avec Papa N’Diaye Guewel. Désormais, ce petit bout suffira pour convaincre Talla Diagne, producteur et chasseur de têtes, de lui produire un premier album nommé Ndortel (Le début). La première chanson, Pikine, devient immédiatement un grand succès. Le tube, dédié au lutteur Mohammed Ndao dit  » Tyson « , lui vaut le titre de meilleur espoir de la scène musicale sénégalaise en 2001. Lô devient rapidement l’enfant chéri de la jeunesse sénégalaise. Sa voix nasale et typiquement griotte qui vogue sur un mbalax pur, joué par des requins professionnels tels que Habib Faye et Moussa Traoré, ne laisse pas grand monde indifférent. Le deuxième album de Lô, Tarkhiss (Trébucher), lui fait monter parmi les grands calibres de la musique au Sénégal. Il confirme son talent et commence à faire ses premiers petits pas sur le plan international. En 2002, il donne des concerts en France et en Italie. Tarkhiss sera également distribué en Europe en juillet 2003 par l’intermédiaire d’Africa Productions. En 2004, il prépare Aduna qui est la base d’un CD qui était envisagé pour le marché international. La production était vite devenue populaire à Dakar et les soirées avec son groupe  » Jamm  » étaient parmi les plus fréquentées des mélomanes de la capitale sénégalaise.
La grande force de Lô était son sens étonnant de l’improvisation. Sur scène, moindre chose pouvait lui inspirer une nouvelle chanson. Il n’aimait pas se limiter et il préférait ne pas planifier le déroulement de ses concerts. Il adorait se lancer dans le vide lors de ses soirées en espérant de retrouver un fil conducteur dans le public qui l’emmènerait vers la suite du spectacle. Parfois, il semblait même que Lô avait un guide divin, tellement il réussissait toujours à trouver des airs et des mélodies de nulle part. Ses séances en studio étaient pareilles ; il affirmait qu’il ne préparait pas grande chose. Il venait, chantait et s’en allait. Pas plus compliqué que ça.
Ndongo Lô était un symbole pour la jeunesse du Sénégal. Il a incarné le rêve de pouvoir réaliser quelque chose dans cette vie sans avoir grande chose au début. Lors de sa dernière apparition à la télévision sénégalaise, il a expliqué comment il avait commencé sa carrière, chantant juste pour la joie et dormant souvent sous les étoiles. Lô était modeste et a su le rester durant toute sa courte carrière. En effet, c’était comme il ne s’était jamais aperçu de son statut. Il n’hésitait pas de sortir de son domicile pour aller à la boutique habillé en simple short et t-shirt. En plus, il était extrêmement gentil. Nombreux sont les jeunes de Pikine qui les jours après le décès ont témoigné dans la presse sénégalaise de la générosité de Lô. Il était né avec un cœur qui ne pouvait pas dire non aux nombreuses demandes et sollicitations dont il faisait l’objet.
Le Sénégal et l’Afrique perdent un talent pur mais surtout une référence. Pour la jeunesse du Sénégal, il était facile de s’identifier à cet homme, si sensible et si commun. C’était comme si Ndongo Lô était le copain d’enfance du quartier qui a réussi une carrière inédite. Il était âgé de 29 ans et laisse derrière lui une femme.

///Article N° : 3677

Les images de l'article
Partager :

Laisser un commentaire