Nos romans coups de cœur !

Par la rédaction en partenariat avec Read!

Print Friendly, PDF & Email

Pour ce numéro d’été, la rédaction Afriscope, en partenariat avec le club de lecture afro Read ! vous propose une sélection de romans. Des nouveautés – en complémentarité des Quoi de neuf ? – mais aussi des coups de cœur de cette année 2014-2015. Qu’ils aient pour décors les révolutions arabes, les sociétés américaine et nigériane, les Caraïbes, l’Afrique du Sud, ces romans portent tous des élans de liberté, des quêtes de soi-même, des phares pour mieux se comprendre et poser un regard renouvelé sur un monde complexe et connecté. Une littérature qui, à l’instar des mots de l’écrivain Lyonel Trouillot, « porte à la fois le rêve d’un monde possible et la douleur du monde réel ».

Coconut. De Kopano Matlwa
« Où s’en va une langue qu’on ne parle plus ? », « Le christianisme, un produit ? », « Qui est ma Lady D à moi ? Ma famille royale existe-t-elle dans un coin perdu, rural et désolé de l’Afrique du Sud ? » Avec ce roman, publié en Afrique du Sud en 2001, Kopano Matlwa explore le quotidien de deux jeunes filles, Ofilwe et Fikile. Des « coconut », surnom donné à une partie des « Blacks nouveaux riches », ces Noirs qui se veulent blancs à l’intérieur. Mimer des comportements, renier sa culture, être « coincée entre deux mondes », essayer, pourtant, d’être, pleinement. Loin de simplifier le propos en une question raciale, la romancière questionne aussi le poids des différences de classes sociales, et par là même interroge un nouvel imaginaire sud-africain post apartheid. « Une histoire qu’il nous faut raconter ». Une histoire qu’il nous faut lire ! Actes Sud, mai 2015.
La Révolution n’a pas eu lieu.De Sonia Terrab
« Houria », « Liberté » écrit en graffiti sur un mur, aux côtés de « Allah Akbar » et « Interdit de pisser ». Au lendemain des grandes manifestations du 20 février 2011, à contretemps des « Printemps arabes », le Maroc cherche sa révolution. à coups de tweets, de dialogues virulents, de commentaires acerbes et désabusés de Meya sur tout ce qu’elle vit et voit de son pays, La Révolution n’a pas eu lieu nous embarque pour ne plus nous lâcher. On est pris entre les désillusions de Meya, consommant le sexe tout en cherchant l’amour, et les rêves presque naïfs d’un Ylias, partagé entre la France et le Maroc, en quête de luttes collectives. Ce roman a pour credo les mots de Pessoa cité en ouverture : « D’abord sois libre, ensuite demande la liberté ». Déroutant ! La Croisée des chemins, fev 2015.
Les voyages de Merry Sisal.De Ginèle Pineau
2010. Merry doit quitter Haïti, son île dévastée par le séisme. Elle trouve du travail à Bonne-Terre, une île fictive des Caraïbes, chez Annah et Raymond, un couple parmi tant d’autres, vivant en vase clos, parmi des retraités de France en quête d’exotisme. Un livre qui part de l’intime, des tourments d’une femme dans l’exil pour aborder les relations entre classes sociales, entre Noir et Blanc… Un livre qui, loin de binariser le monde, explore bien au contraire la complexité des rapports de force et les stratégies des individus vis-à-vis d’eux. Merry, une héroïne qu’on ne quitte plus ! Mercure de France, mars 2015.
L’esclavage raconté à ma fille. De Christiane Taubira
Nous l’attendions ! Paru pour la première fois en 2002, cet essai retrace dans un dialogue mère-fille, l’histoire de l’esclavage et de la traite négrière, reconnus crime contre l’humanité en 2001. Une histoire de spoliation, de déshumanisation, de trafics, et aussi de résistance. Réédité et remanié, cet essai est une nécessité dans l’inscription de cette histoire au récit national. Editions Philippe Rey, mai 2015.
Americanah. De Chimamanda Ngozie Adichie
Lire Americanah, c’est plonger dans plus de 500 pages d’amour, d’humour, de questionnements politiques sur les raisons de l’exil, et sur celles, plus intimes, du retour au pays. C’est penser de plein fouet le racisme de la société étasunienne contemporaine, fût-il parfois à tort considéré comme dépassé, tout en se trouvant projeté dans les contradictions de la société nigériane d’aujourd’hui. Gallimard, janv 2015.
L’Afrique noire à petits pas. De Natacha Scheidhauer et Vincent Caut
Prix du meilleur livre jeunesse du jury Fetkann 2014, L’Afrique à petits pas propose d’explorer le continent, à travers sa géographie, son environnement et son histoire. Abordant tout autant l’esclavage et la colonisation que la période plus contemporaine, il propose un panorama riche et complexe de ce territoire multiple. Indispensable ! Actes Sud Junior, 2014.

///Article N° : 12967

  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article




Laisser un commentaire