Nzi Nimbu : l’essentiel c’est la persévérance !

Print Friendly, PDF & Email

Nzi Nimbu est la troupe de danse la plus connue du Gabon. Elle s’est fixée comme objectif de revaloriser le patrimoine traditionnel gabonais. Le répertoire est donc immense. Le chorégraphe Evarist Nziengui a deux approches. La première est respectueuse de l’élément traditionnel : on ne modifie pas le pas d’origine, on se contente de l’adapter à la scène occidentale. Mais en y apportant la rigueur professionnelle. La deuxième approche est plus libre : on part d’une danse traditionnelle mais on la rend plus moderne en retravaillant les figures. Des figures africaines qui évoluent en cercle, triangle ou diagonale et qu’il mélange à d’autres éléments. On est par exemple tourné vers le sol en position dooblé, pour reprendre l’expression d’Alphonse Thirou : une position qui s’oppose à celle en extension de la danse occidentale.
Selon Evarist Nziengui, le public gabonais est réticent à « consommer » des productions locales. Sans compter que les troupes de danses sont assimilées aux groupes folkloriques. C’est donc pour aider à les distinguer et organiser la profession qu’une fédération de la danse a été créée.
Aujourd’hui on peut dénombrer plus de 35 troupes, mais en réalité, elles ne sont pas toutes professionnelles. Les plus importantes sont Adiaïss ; Nzi Nimbu Emèno ainsi que la troupe de Vyckoss Ekondo.
Selon Evarist Nziengui, le fait que la culture gabonaise ne soit pas assez connue pourrait se révéler être un atout : on constate lors des tournées une attention et une curiosité plus vivaces du public. Cependant, ces troupes qui survivent de cotisations, de spectacles dépendant des manifestations de particuliers ou de l’Etat ont encore du mal à vivre de leurs propres productions.

///Article N° : 1818

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire